AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BachAdel

Aller en bas 
AuteurMessage
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: BachAdel   Mer 18 Juil - 22:41

Salaam

C'est quoi un BachAdel ?

C'était quoi sa fonction d'ans le cadre de l'Algérie de la fin du 19eme début du 20eme ?

Plus généralement vers quelle référence faut il se tourner pour mieux connaître les métiers (comme celui-la) et leur conditions historique de l'Algérie de la période coloniale ou pré-coloniale ?

Tout ce que j'ai trouvé c'est que cela correspond a une sorte d'adjoint au juge d'une mahakma. Comment fonctionnait une mahakma en ce temps la ? Ou se formait le personnel comme un bachadel ou un qadi ?

Bref, merci pour toute informations.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
Abd95
Confirmé
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: BachAdel   Jeu 9 Aoû - 1:45

Salam

"Bash" est un mot turc signifiant "tête", et qui prend souvent le sens de "supérieur hiérarchique".

Ainsi, le Bash-Agha (généralissime) est-il le supérieur hiérarchique de l'Agha (commandant en chef), lui-même ayant la prééminence sur le ka'id (commandant).

Par conséquent, le "Bash-Adil" est probablement, dans le domaine judicaire cette fois, le grade intermédiaire entre le Kadi (juge) et le Adil (sorte de notaire).

PS. Sur ce site, belle gallerie de chefs tribaux algériens du 19e siècle (http://www.abcdelacpa.com/algerie_types_chefs.html)

C'est tout ce que j'ai pu trouver ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: BachAdel   Jeu 9 Aoû - 6:26

Salaam

Abd95 a écrit:
Salam

"Bash" est un mot turc signifiant "tête", et qui prend souvent le sens de "supérieur hiérarchique".

Ainsi, le Bash-Agha (généralissime) est-il le supérieur hiérarchique de l'Agha (commandant en chef), lui-même ayant la prééminence sur le ka'id (commandant).

Par conséquent, le "Bash-Adil" est probablement, dans le domaine judicaire cette fois, le grade intermédiaire entre le Kadi (juge) et le Adil (sorte de notaire).

PS. Sur ce site, belle gallerie de chefs tribaux algériens du 19e siècle (http://www.abcdelacpa.com/algerie_types_chefs.html)

C'est tout ce que j'ai pu trouver ...

Merci pour ces informations. Je continue a chercher et si je trouves des références plus détaillées sur ces metiers je le posterais.

Le site que tu m'indique avec ces cartes postales de collection est superbe. Certains portraits me ramènent a des souvenir d'enfance. C'est assez drole de me voir renvoyé a ces images car j'en parlait il y quelques jours sur msn avec un intervenant de sabyl (qui se fait rare).

Sur le meme site on peut voir aussi de belle cartes des villes algérienne. Dont ma ville natale. Merci encore pour tout.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: BachAdel   Jeu 9 Aoû - 17:40

Salaam

Je suis tombé sur ce trés bon article que j'ai pas terminé de consulter mais que je partage tout de meme :

Les institutions judiciaires en Algérie.

Par Françoise Banat-Berger, responsable du service des archives du ministère de la Justice

Un petit extrait :

Personnels et auxiliaires

Le personnel est beaucoup plus réduit que celui des juridictions françaises : 700 personnes environ.

Les magistrats :

Le décret d’avril 1889 fixe comme personnel des mahakmas les cadis et leurs suppléants : les bachadels soit environ 220 magistrats. Le cadi est non seulement juge mais également agent d’exécution des jugements, officier ministériel analogue au notaire, tuteur légal des mineurs (sauf en Kabylie). Ils sont recrutés par le gouverneur parmi les bachadels inscrits à un tableau (10 ans de service dans la justice musulmane, 5 ans de service comme bachadel, possédant le D.E.S. des médersas). Leur traitement est de 4/7 par rapport à celui des juges de paix. Ils sont soumis aux normes administratives françaises. Ils n’ont pas forcément une bonne réputation (ils sont souvent accusés par les musulmans de vénalité). Le bachadel ne touche pas de traitement fixe mais seulement une part des honoraires par acte (distribué par le cadi entre lui et les aouns).

Les auxiliaires de justice :

Ils forment 3 catégories distinctes : les adels (greffiers), les aouns (peu à peu assimilés à des huissiers et à des officiers publics qui portent avertissements, avis de comparution, notifications), les oukils ou défenseurs qui représentent les parties devant le cadi quand elles ne se présentent pas ou ne se font pas représenter par des parents.

Il semble selon ce document qu'il est désormais possible d'acceder aux archives concernants ces fonctionnaires :

VERSEMENT 1985 0211 ART. 1-187 : ORGANISATION JUDICIAIRE ET FONCTIONNEMENT DES JURIDICTIONS. 1810-1982
VERSEMENT 1998 0518 ART. 1-30 : ORGANISATION JUDICIAIRE ET PERSONNELS DES JURIDICTIONS ALGERIENNES. 1914-1966.

En particulier :

Art. 13-15
Personnel des Mahakmas. 1914-1962
- Magistrats musulmans (cadi juge, cadi notaire, bachadel, adel). 1931-1962
- Agents publics : aouns et oukils. 1948-1962





Est-il relativement facile d'accéder a ce genre d'archives pour consultation ?

A+
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BachAdel   

Revenir en haut Aller en bas
 
BachAdel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Espace des Savoirs :: Histoire des mondes musulmans-
Sauter vers: