AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les trois Abu Lahab

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abd95
Confirmé


Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Les trois Abu Lahab   Mar 28 Aoû - 0:42

As salam alaykum

Les trois Abu Lahab

La courte sourate Al-Masad ("Les Fibres", 111), dont on nous dit qu'elle fut probablement révélée au milieu de l'époque mekkoise, contient une malédiction, une malédiction annoncée par Dieu à l'encontre d'Abu Lahab ibn Abd al-Muttalib, l'un des oncles du Prophète (sws) et l'un ses ennemis les plus acharnés de l'Islam naissant. Certains s'interrogent parfois sur le sens de tels versets, car comment Dieu, absolu et transcendant, pourrait-il proférer des paroles de malédiction à l'égard d'une de ses créatures ?

Il y a plusieurs façons d'aborder l'exégèse d'un texte et, en particulier dans le cas d'un texte religieux, ces différents sens ne s'excluent pas mais se complètent mutuellement Le premier sens est appelé littéral, ou mieux encore, historique. Au fil des siècles, les savants musulmans ont ainsi tenté de rattacher chaque verset à un contexte précis, recherchant ce qu'ils appelaient les "causes de la descente" (asbab al-nuzul). Les Orientalistes leur ont emboîté le pas, mais à la différence des savants musulmans, ils n'ont pas estimé nécessaire d'aller au-delà. Selon leur lecture en effet, le Kur'an est un texte, produit par un humain pour d'autres humains et donc entièrement dépendant du contexte prosaïque dans lequel il a été formulé. Le récit Kur'anique n'est en somme qu'un simple récit qui, une fois passé au crible d'une philologie rigoureuse (grammaticale, lexicologique, psychologique, etc.), permet de parcourir les évolutions les plus notables de la carrière muhammadienne. En l'occurrence, celui qui aborde les choses sous cet angle ne verra donc dans ces versets de la sourate Al-Masad que la condamnation d'un neveu à l'encontre un oncle qui s'est farouchement opposé à lui et à sa mission*.

Mais, pour celui qui atteste de l'Unicité de Dieu et de la réalité de la Prophétie de Muhammad (sws), le récit prend une tout autre valeur. Car ce qui est dit dans le Saint Kur'an n'appartient pas seulement à un emplacement et à un temps précis. Tout y a valeur d'exemple et chaque verset possède à ce titre une résonance propre qui s'adresse à chacun de nous, peu importe l'époque ou le lieu où nous vivons. Ainsi, à travers la figure d'Abu Lahab, c'est la figure archétypique du méchant, de l'injuste et de l'oppresseur qui est donnée en parabole. Chaque époque, chaque lieu, a possédé, possède et possèdera ses propres Abu Lahab. Et à tous, il leur arrivera la même chose qu'au premier d'entre eux, quelque soit l'apparence de leur puissance (d'où la référence aux richesses du verset 2), le nombre de leurs alliés (d'où le verset 4) et l'importance de leurs succès initiaux. Car non seulement ils échoueront dans ce monde, mais également dans l'autre, puisqu'ils seront damnés (verset 3). Telle est la promesse solennelle que Dieu fait dans ce verset. Leurs mains périront (verset 1), ce qui signifie que leurs actions seront rendues vaines et qu'eux-mêmes seront rendus vains. Tout croyant opprimé lisant ce verset se reconnaît donc dans la figure du Prophète (sws) opprimé, et il reconnaît les traits de son oppresseur dans ceux d'Abu Lahab. Le croyant qui souffre sous le joug du tyran, celui dont on traîne la dignité dans la boue, celui que l'on tourne en dérision, c'est à lui que la parole divine s'adresse intimement, et c'est une parole d'espoir et de réconfort qui lui est offerte.

Néanmoins, bien que plus riche que le sens littéral, le sens archétypique manque encore de profondeur. Il est encore en dessous du sens métaphorique. Par métaphore on entend ici la substitution d'une idée abstraite par une figure concrète. Ainsi, dans le cas qui nous occupe, le Abu Lahab dont il est question, c'est aussi celui que tout homme porte en lui-même. Abu Lahab est ici une métaphore de l'ego et de l'amour de ce bas monde, une métaphore de tout ce qui éloigne de Dieu. Le nom même d'Abu Lahab, littéralement, le "Père des Flammes" est une évocation du caractère néfaste de l'ego, qui consume les bonnes œuvres comme le feu consume tout ce qu'il atteint, une évocation du lieu où mène la rébellion et l'arrogance, c'est-à-dire dans ce feu de la Géhenne qui ne s'éteint jamais et réduit à néant les illusions de l'être humain. La double signification que revêtait son nom est probablement l'une des raisons pour laquelle Abu Lahab a été cité nommément, alors que, partout ailleurs, les ennemis du Prophète (sws) n'étaient jamais désignés de la sorte, mais seulement d'après une définition générale et abstraite ("les hypocrites", "les associateurs",les "calomniateurs", etc.). Définition qui leur laissait l'occasion de se repentir (tandis que Dieu savait que Abu Lahab allait mourir dans la négation, ce qui advint) et qui, en outre, laissait la possibilité à chacun de reconnaître, ou de se reconnaître dans les catégories ainsi énoncées.

Et certes, même après avoir effectué une telle analyse à trois niveaux pour chacun des milliers de versets contenus dans le Kur'an, on serait encore loin d'avoir seulement entraperçu ne serait-ce qu'une partie infime du mystère de la Parole divine. La réalité ultime de celle-ci est insondable. Celui qui prétend l'avoir atteinte est non seulement un fanfaron mais encore un blasphémateur. Or, entre les exégèses ultra-littéralistes caractéristiques d'une certaine tradition juridique et les exégèses ultra-métaphoriques utilisées par nombre de métaphysiciens férus d'ésotérisme, il semble parfois que l'exégèse kuranique contemporaine peine encore à s'affranchir des canons habituels et des approches convenues. Pourtant, parmi les qualités du Kur'an, il y a son incomparabilité (idjaz) et parmi les preuves de son incomparabilité, il y a cette capacité de révéler des sens de lecture toujours plus nombreux. Multiplier de telles découvertes est donc un magnifique moyen de rendre hommage au Saint Kur'an. Pour conclure, rappelons que l'un des attributs de Dieu est AL-HAKK, le Vrai. Ce qui signifie non seulement que Dieu affirme par-là la réalité intangible de son existence, mais encore que Dieu s'arroge d'être le gardien et le détenteur de la Vérité absolue. Une Vérité dont les seules miettes suffisent tout à même à faire rayonner de joie le coeur de l'homme et à combler sa soif de connaissances.


* La tradition rapporte notamment que durant plusieurs années, l'oncle railla inlassablement son neveu, le menaça, l'insulta, qu'il fit annuler le mariage de ses fils avec les filles de l'Envoyé, qu'il obtint en outre l'établissement d'un boycott contre les musulmans et que, finalement, il le fit chasser de la cité non sans avoir tenté auparavant de mettre un terme à ses jours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
Fait d'or
Junior


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 02/06/2007

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Mar 18 Sep - 9:08

Salam alikoum,

Barak'Allah ou fik pour ce texte!!!
Revenir en haut Aller en bas
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Jeu 20 Sep - 12:19

Bonjour à toutes et à tous !

Autant votre texte cher Abd95 est plein de profondeur et de courage, autant je ne puis être d'accord avec votre hiérarchisation partant du terretre, ce que vous nommez le littéral, à l'universel, ce qui correspond à la métaphore. Il faudrait en ce cas admettre que l'islam s'oppose farouchement aux communautés juives et au judaïsme, et alors estimer que les djihadistes empreints d'antisémitisme pourraient avoir le droit légitime de trouver dans le Coran matière à haïr et combattre ces communautés. Les conséquences de ces interprétations a-historiques sont terribles et de ce fait fort dangereuses, n'en convenez-vous pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Abd95
Confirmé


Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Jeu 25 Oct - 11:34

Pierrot-le-Prof a écrit:
Bonjour à toutes et à tous !

Autant votre texte cher Abd95 est plein de profondeur et de courage, autant je ne puis être d'accord avec votre hiérarchisation partant du terretre, ce que vous nommez le littéral, à l'universel, ce qui correspond à la métaphore. Il faudrait en ce cas admettre que l'islam s'oppose farouchement aux communautés juives et au judaïsme, et alors estimer que les djihadistes empreints d'antisémitisme pourraient avoir le droit légitime de trouver dans le Coran matière à haïr et combattre ces communautés. Les conséquences de ces interprétations a-historiques sont terribles et de ce fait fort dangereuses, n'en convenez-vous pas ?

Salam

Parmi les dangers contre lesquels le Kur'an nous met en garde figure notamment le relativisme ("en fin de compte, tout se vaut") et le syncrétisme ("au final, vous et nous, on est pareils").

Ce que je remarque d'ailleurs, à ce propos, c'est que de plus en plus de philosophes occidentaux comprennent seulement maintenant les périls qu'engendrent ces deux attitudes qui, généreuses en apparence, ont néanmoins des conséquences graves sur l'équilibre et l'avenir d'une communauté.

Tout cela pour dire que les musulmans ont le devoir de ne pas trahir le dépôt, la mission qui leur a été confié par Dieu, à savoir d'être les témoins du tawhid (unicité divine) devant les autres hommes. Ce simple fait nous mettra forcément en opposition avec les autres communautés, juifs, chrétiens ou autres., et cela jusqu'au Yawm al-Kiyama (Coran, 29 : 2-3.)

Mais opposition ne veut pas dire conflit, et conflit ne veut pas dire terrorisme. La violence aveugle, l'injustice, la haine sont à bannir aujourd'hui comme demain. C'est une autre chose sur laquelle le Kur'an insiste tout aussi fortement.

Pour accepter l'idée d'un conflit permanent, il faut admettre que Dieu a crée l'homme pour une vie de lutte (Coran, 90 : 4), que le repos éternel, la paix absolue, se trouvent dans l'au-delà et non l'ici-bas. On ne doit pas tout sacrifier sur l'autel de la paix, la paix n'est pas une valeur absolue qui mérite qu'on abandonne tout pour elle. Car alors, non seulement on aurait trahi le commandement divin, mais on aurait pas pour autant abouti à la paix, car il existe beaucoup d'autres raisons de se battre avec autrui même lorsque l'on ne croit plus en rien, et ces raisons sont toutes mauvaises (argent, pouvoir, orgueil).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Jeu 25 Oct - 17:17

Bonjour à toutes et à tous !

J'ai toujours du mal à vous suivre, Abd95.

Citation :
Tout cela pour dire que les musulmans ont le
devoir de ne pas trahir le dépôt, la mission qui leur a été confié par
Dieu, à savoir d'être les témoins du tawhid (unicité divine) devant les
autres hommes. Ce simple fait nous mettra forcément en opposition avec
les autres communautés, juifs, chrétiens ou autres., et cela jusqu'au
Yawm al-Kiyama (Coran, 29 : 2-3.)

En quoi les juifs s'opposent-ils au monothéisme divin pour entrer en conflit avec eux ?

Citation :
Mais opposition ne veut pas dire conflit, et
conflit ne veut pas dire terrorisme. La violence aveugle, l'injustice,
la haine sont à bannir aujourd'hui comme demain. C'est une autre chose
sur laquelle le Kur'an insiste tout aussi fortement.

Mais alors, de quelle nature est-il ? Vous savez bien que le débat idéologique vit côte à côte avec d'autres formes de conflit et qu'il ne peut être exclusif parce que dans l'histoire, il ne l'a justement jamais été.

Citation :
Pour accepter l'idée d'un conflit permanent, il
faut admettre que Dieu a crée l'homme pour une vie de lutte (Coran, 90
: 4), que le repos éternel, la paix absolue, se trouvent dans l'au-delà
et non l'ici-bas.

Je ne puis encore une fois être en accord avec ce que vous préconisez. D'abord parce que le Coran, contrairement à ce que vous prétendez appelle à l'entente cordiale :

" Et ne discutez que de la meilleure façon avec les
gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites :
“Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers
vous, tandis que notre Dieu et votre dieu est le même , et c'est à Lui que nous nous soumettons”.
(29.46)

Je consens qu'il puisse y avoir des ordres contraires à celui-ci dans le Coran mais celui-ci devrait, dans notre monde pouvoir prendre le dessus sur le reste. D'autre part, comment concevoir que l'homme n'ait point le droit d'avoir sur terre des désirs de paix, tout au moins d'y parvenir ? Sans cette noble mission certes idéaliste mais ô combien fondamentale, imaginez-vous les excès qu'une telle philosophie pourrait engendrer ? Les atrocités du 20ème siècle ne peuvent-elles suffire à vous convaincre qu'en développant des théories d'opposotion et de lutte, vous ne produisiez ce que vous condamnez, à savoir la violence et la haine ?
Revenir en haut Aller en bas
Abd95
Confirmé


Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Jeu 1 Nov - 3:38

Salam

Certains des Fils d'Israël ont trahi le monothéisme (tawhid) car ils prétendent que la main de Dieu est fermée alors qu'elle est ouverte. Et qu'en somme le message d'Abraham et des prophètes ne s'adresse pas à l'Humanité mais aux seuls descendants présumés de Jacob. Dieu les a condamné pour cela dans le Kur'an. Sauf ceux qui se prémunisent.

...

Le conflit est le conflit, polemos, au sens héraclitéen. Tout ce qui entre en opposition, s'affronte, etc. La forme change, le fond reste.

...

Comme je l'ai dis précédemment, la vie sur Terre n'est pas faite pour se reposer. C'est une épreuve que Dieu inflige aux hommes pour que le juste se distingue de l'injuste et le véridique du mensonger. Si la paix doit régner quelque part, c'est dans le coeur de chacun lorsqu'il se remémore la miséricorde de son Seigneur. Mais être prêt à la lutte cela ne revient pas à vouloir causer du dégat, Dieu n'aime pas les faiseurs de dégat. Si pour certains, défendre le vrai cela veut dire causer le dégat, ils en porteront la responsabilité auprès de Dieu.

Wa Allahu 'alam
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Jeu 1 Nov - 19:42

Salaam

Abd95 a écrit:


Tout cela pour dire que les musulmans ont le devoir de ne pas trahir le dépôt, la mission qui leur a été confié par Dieu, à savoir d'être les témoins du tawhid (unicité divine) devant les autres hommes. Ce simple fait nous mettra forcément en opposition avec les autres communautés, juifs, chrétiens ou autres., et cela jusqu'au Yawm al-Kiyama (Coran, 29 : 2-3.)

Je n'ai pas compris la justification des verset 29:2-3 en rapport a cette opposition avec les autres communauté. Je cites ces deux verset dans leur contexte :

1. Alif, Lam, Mim.
2. Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : "Nous croyons !" sans les éprouver ?
3. Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Dieu connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.

4. Ou bien ceux qui commettent des méfaits, comptent-ils pouvoir Nous échapper ? Comme leur jugement est mauvais !
5. Celui qui espère rencontrer Dieu, le terme fixé par Dieu va certainement venir. Et c'est Lui l'Audient, l'Omniscient.
6. Et quiconque lutte, ne lutte que pour lui-même, car Dieu peut Se passer de tout l'univers.
7. Et quant à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, Nous leur effacerons leurs méfaits, et Nous le rétribuerons de la meilleure récompense pour ce qu'ils auront accompli.
8. Et Nous avons enjoint à l'homme de bien traiter ses père et mère, et "si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir, alors ne leur obéis pas". Vers Moi est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez.
9. Et quant à ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, Nous les ferons certainement entrer parmi les gens de bien.
10. Parmi les gens il en est qui disent : "Nous croyons en Dieu"; puis, si on les fait souffrir pour la cause de Dieu, ils considèrent l'épreuve de la part des hommes comme un châtiment de Dieu. Or, s'il vient du secours de ton Seigneur, ils diront certes : "Nous étions avec vous !" Dieu n'est-Il pas le meilleur à savoir ce qu'il y a dans les poitrines de tout le monde ?
11. Dieu connaît parfaitement les croyants et connaît parfaitement les hypocrites.
12. Et ceux qui ne croient pas disent à ceux qui croient; "Suivez notre sentier, et que nous supportions vos fautes". Mais ils ne supporteront rien de leurs fautes. En vérité ce sont des menteurs.
13. Et très certainement, ils porteront leurs fardeaux et d'autres fardeaux en plus de leurs propres fardeaux. et ils seront interrogés, le Jour de la Résurrection, sur ce qu'ils inventaient.

La seule référence aux autres (communautés) que je lis c'est en rapport au fait qu'ils furent (et sont) éprouvé comme nous le sommes.

Pouvez vous m'expliquer la lecture que vous faite s de cees deux versets (2-3) ?

Abd95 a écrit:

Mais opposition ne veut pas dire conflit, et conflit ne veut pas dire terrorisme. La violence aveugle, l'injustice, la haine sont à bannir aujourd'hui comme demain. C'est une autre chose sur laquelle le Kur'an insiste tout aussi fortement.

Effectivement.

Abd95 a écrit:

Pour accepter l'idée d'un conflit permanent, il faut admettre que Dieu a crée l'homme pour une vie de lutte (Coran, 90 : 4), que le repos éternel, la paix absolue, se trouvent dans l'au-delà et non l'ici-bas. On ne doit pas tout sacrifier sur l'autel de la paix, la paix n'est pas une valeur absolue qui mérite qu'on abandonne tout pour elle. Car alors, non seulement on aurait trahi le commandement divin, mais on aurait pas pour autant abouti à la paix, car il existe beaucoup d'autres raisons de se battre avec autrui même lorsque l'on ne croit plus en rien, et ces raisons sont toutes mauvaises (argent, pouvoir, orgueil).

Encore une fois, en relisant le verset que vous convoquez j'ai du mal a vous suivre dans la relation que vous voyez a la notion de paix et d'opposition (aux autres communautés par exemple, cf plus haut).


Voici le court chapitre 90 en entier :

1. Non !... Je jure par cette Cité !
2. et toi, tu es un résident dans cette cité -
3. Et par le père et ce qu'il engendre !
4. Nous avons, certes, créé l'homme pour une vie de lutte.
5. Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ?
6. Il dit : "J'ai gaspillé beaucoup de biens".
7. Pense-t-il que nul ne l'a vu ?
8. Ne lui avons Nous pas assigné deux yeux,
9. et une langue et deux lèvres ?
10. Ne l'avons-Nous pas guidé aux deux voies.
11. Or, il ne s'engage pas dans la voie difficile !
12. Et qui te dira ce qu'est la voie difficile ?
13. C'est délier un joug [affranchir un esclave],
14. ou nourrir, en un jour de famine,
15. un orphelin proche parent
16. ou un pauvre dans le dénouement.

17. Et c'est être, en outre, de ceux qui croient et s'enjoignent mutuellement l'endurance, et s'enjoignent mutuellement la miséricorde.
18. Ceux-là sont les gens de la droite;
19. alors que ceux qui ne croient pas en Nos versets sont les gens de la gauche.
20. Le Feu se refermera sur eux.

La lute dont il est question (verset 4) est bien comme explicitée plus bas et nommée la voix difficile. J'ai mis en gras ce que dit le Coran sur ce chemin, cette lutte et en quoi elle consiste. Je n'y voit encore une fois aucun rapport avec la notion d'opposition avec les autres communautés.
Affranchire un esclave, nourrir un affamé qu'il soit proche parent, orphelin
ou simplement pauvre ne sont pas des actions conflictuelles au sens que porte ce terme communément. Mais il est vrais que c'est la véritable lutte et que c'est un chemin difficile de rester sur cette voix. Enfin s'enjoindre l'endurance et la miséricorde me semble pour la moins militer pour la Paix et résister a la tentation de la conflictualité.

Qu'en pensez vous ?

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Sam 3 Nov - 14:19

Bonjour à tous et à toutes !

En effet Itinérant, je vous rejoins tout à fait dans votre argumentaire. Abd95 ne semble d'ailleurs pas remettre cela en question, en témoigne la réponse qu'il me fait plus haut et qui m'amène à mieux comprendre ce qu'il nous explique avec beaucoup de patience. Néanmoins, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il n'y ait pas dans la définition de cette lutte de la sourate 90 le moindre appel à un conflit intercommunautaire. Cela cache-t-il pour autant l'existence dans le Coran de ce conflit ? Cela est moins certain. Même si je comprends tout à fait ce que Abd95 explique à travers la nécessité de la permanence conflictuelle, je ne crains finalement qu'une seule chose, ce sont les dérives de ces discours. Un autre intervenant m'expliquait bien gentiment le travail érudit de penseurs réformistes musulmans du début du siècle et la transformation progressive de ces discours au cours du 20ème siècle, transformation ayant donné lieu à la montée d'une radicalisation religieuse menant à ce que l'on appelle le plus généralement l'islamisme. C'est pour cette raison que je crains ce discours de Abd95, pacifique quand on y regarde de près mais très difficile à manipuler quand on est jeune, fougueux et en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Dedal
Junior


Nombre de messages : 43
Age : 36
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Lun 5 Nov - 12:52

Pierrot-le-Prof a écrit:
Bonjour à tous et à toutes !

En effet Itinérant, je vous rejoins tout à fait dans votre argumentaire. Abd95 ne semble d'ailleurs pas remettre cela en question, en témoigne la réponse qu'il me fait plus haut et qui m'amène à mieux comprendre ce qu'il nous explique avec beaucoup de patience. Néanmoins, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il n'y ait pas dans la définition de cette lutte de la sourate 90 le moindre appel à un conflit intercommunautaire. Cela cache-t-il pour autant l'existence dans le Coran de ce conflit ? Cela est moins certain. Même si je comprends tout à fait ce que Abd95 explique à travers la nécessité de la permanence conflictuelle, je ne crains finalement qu'une seule chose, ce sont les dérives de ces discours. Un autre intervenant m'expliquait bien gentiment le travail érudit de penseurs réformistes musulmans du début du siècle et la transformation progressive de ces discours au cours du 20ème siècle, transformation ayant donné lieu à la montée d'une radicalisation religieuse menant à ce que l'on appelle le plus généralement l'islamisme. C'est pour cette raison que je crains ce discours de Abd95, pacifique quand on y regarde de près mais très difficile à manipuler quand on est jeune, fougueux et en colère.
Je ne pense pas que le discours d'Abd soit dangereux, encore moins faux mais ça j'ai l'impression que vous en convenez. Si je me rappelle de ma jeunesse j'avais plus tendance à écouter mes hormones que les discours. Et je pense du coup qu'un discours qui irait à l'opposé total de ce que le bon sens nous ordonne, dans ce qu'est chaque individu, dans son rapport au groupe, serait finalement plus dangereux qu'un discour pacifiste mais manquant de bon sens. Car ce dernier serait rejeté, provoquant une perte d'identité et à des bêtises plus graves encore... C'est surement là que l'islam, religion du bon sens, du juste milieu a son rôle à jouer.

De manière générale je suis toujours assez surpris par le discour de certains de ceux qui défendent une absence totale de conflit avec l'extérieur. Vouloir promouvoir l'effort personnel est une bonne chose, mais il faut prendre conscience que dans le domaine spirituel il n'existe pas de frontière précise entre l'individu, le groupe, l'humanité. Ce qu'on préconise pour l'un retombe forcément sur l'autre. Ou alors je me trompe sur ce qu'est la spiritualité Smile Je cherche une citation de Musil pour étayer mon propos mais je ne la trouve pas Sad
Revenir en haut Aller en bas
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Mar 6 Nov - 0:19

Salaam

Pierrot-le-Prof a écrit:
Néanmoins, je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il n'y ait pas dans la définition de cette lutte de la sourate 90 le moindre appel à un conflit intercommunautaire.

Tel fut l'objet de mon intervention. Le verset cité et la lutte dont il est question est une lutte contre nos propres dysfonctionnements, notre petitesse, notre égoïsme en l'occurrence.

Citation :

Cela cache-t-il pour autant l'existence dans le Coran de ce conflit ? Cela est moins certain.

Peut-être bien, mais sûrement pas dans le verset cité. Je veux bien qu'on discute de l'existence éventuelle de ce conflit dans le Coran mais assurons nous d'avoir les bons versets en mains. Aprés quoi on pourra tenter les différents niveau de lecture/exégèse que propose Abd dans le premier message de ce fil.

D'ailleurs le verset que tu as proposé (29:46) montre bien quelle attitude un musulman doit adopter vis a vis de ceux avec qui il est en opposition dialectique (le verbe discuter est proposé comme traduction de l'arabe jadal qui est l'opposition dialectique).

Citation :

Même si je comprends tout à fait ce que Abd95 explique à travers la nécessité de la permanence conflictuelle, je ne crains finalement qu'une seule chose, ce sont les dérives de ces discours. Un autre intervenant m'expliquait bien gentiment le travail érudit de penseurs réformistes musulmans du début du siècle et la transformation progressive de ces discours au cours du 20ème siècle, transformation ayant donné lieu à la montée d'une radicalisation religieuse menant à ce que l'on appelle le plus généralement l'islamisme. C'est pour cette raison que je crains ce discours de Abd95, pacifique quand on y regarde de près mais très difficile à manipuler quand on est jeune, fougueux et en colère.

J'aimerais dire aussi que la Paix et le fait d'y rentrer et de s'y accrocher est une Injontion divine. Cf le verset suivant (encore une fois tr`s mal traduit !!!) :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا ادْخُلُوا فِي السِّلْمِ كَافَّةً وَلَا تَتَّبِعُوا خُطُوَاتِ الشَّيْطَانِ إِنَّهُ لَكُمْ عَدُوٌّ مُّبِينٌ ‌[٢-٢٠٨]

2:208: ô les croyants ! Entrez en plein dans l'Islam, et ne suivez point les pas du diable, car il est certes pour vous un ennemi déclaré.

Une traduction littérale serait :

ô les croyants ! Entrez en plein dans la paix, et ne suivez point les pas du diable, car il est certes pour vous un ennemi déclaré.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
Abd95
Confirmé


Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Mer 7 Nov - 13:41

Salam

Etant donné la situation des musulmans mekkois, une vie de lutte pour eux, c'était l'oppression dont ils étaient les victimes de la part des Kuraysh ... Etant donné la situation des musulmans médinois, une épreuve c'était pour eux la défense de l'oasis contre les Mécréants ...

Je met en rapport le verset 90:4 avec le verset 90:5 ... Comme vous le savez, établir des liens trop assurés entre des versets dans une même sourate est souvent audacieux, notamment en raison des fréquents iltifat (changements d'actant)

En outre, pour je met le verset 29:2-3 en liaison avec le verset 29:10-11 qui est une évocation claire de la lutte entre Musulmans et Païens ...

Toutefois, étant donné que je me suis fait ici l'avocat d'une pluralité des interprétations du texte saint, je serais mal venu de la contester.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les trois Abu Lahab   Aujourd'hui à 23:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Les trois Abu Lahab
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois espèces de fougères.
» Que prophétisent les trois reniements de Saint Pierre ?
» Trois noel
» Barrages des trois gorges en Chine
» les trois petits cochons en 3D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fondements de l'Islam :: Approches du Coran-
Sauter vers: