AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ibn Amir (m. 680)

Aller en bas 
AuteurMessage
Abd95
Confirmé
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Ibn Amir (m. 680)   Mar 2 Oct - 0:21

Abdallah ibn Amir ibn Kurayz al-Kurayshi


Issu de la noblesse des "Fils de Kuraysh", Abdallah ibn Amir appartenait au clan des Banu Abd Shams, l'un des plus puissants de La Mekke. Il naquit dans cette cité vers l'an 626 de l'ère chrétienne, soit quatre ans après le départ des Musulmans de la cité (yawm al-hidjra) et quatre ans avant leur retour triomphal (yawm al-fath). Son père, Amir, n'était autre que le cousin maternel de 'Uthman ibn Affan, le futur calife. Le propre père de Amir, Kurayz était le frère de Arwa, la mère de 'Uthman.

Abdallah fut donc élevé dans l'Islam dès son plus jeune âge et il montra très vite de grandes qualités. En 29/649, alors qu'il n'avait que vingt-trois ans, il fut nommé par 'Uthman comme gouverneur (wali) de Basra, avec autorité sur tous les territoires dépendants de la cité, c'est-à-dire essentiellement le sud du Aswad ('Irak), le Khuzistan (avec sa capitale, Al-Ahwaz) et une partie du Fars.

Ibn Amir ne demeura pas longtemps à Basra, presque tout de suite après avoir reçu l'allégeance des chefs de clans de la cité, il passa les troupes en revue et partit avec elles en campagne. L'ordre de mission qu'il avait reçu à Médine de la bouche de son souverain était clair ; il fallait en finir définitivement avec la menace que les Sassanides faisaient encore peser sur la frontière nord-est du califat. Le jeune général commença par pacifier la région du Fars. Le coeur du domaine sassanide avait été récemment soumis par les Musulmans mais était entré presque immédiatement en révolte. Plusieurs garnisons avaient été prises d'assaut et leurs occupants arabes massacrés sauvagement. Ibn Amir, était venu à leur secours. Il assiégea et pénétra successivement dans les cités de Arradjan, Shahpur, Shiraz, Siniz, Darabjird et Fasa. En représailles contre les actions perpétrées avant son arrivée il n'hésita pas à faire massacrer une bonne partie de la population d'Istakhr (Persépolis). Les leaders de la révolte anti-arabe furent exécutés, le butin prélevé à l'issu des combat était impressionnant. Ibn Amir impressionnait grandement ses hommes par le courage dont il faisait preuve dans le feu de l'action et il devint vite très populaire. Peu de temps après, la chute de Gur (Firuzabad) marqua la fin de la pacification du Fars. Au terme de cette rude campagne la noblesse locale perdit son statut, les paysans furent soumis à l'impôt foncier (khazradj) et à la capitation (djizya).

La bataille avait certes été rude, mais plutôt que de se reposer sur ses acquis et de rentrer à Basra, le gouverneur s'avança plus à l'est, vers les régions du Kirman, de Sistan et du Khorasan. A la tête de ses hommes il passa par Sirdjan, Bam et Djiruft. Etant désormais bien trop loin de ses bases pour maintenir une lourde administration d'occupation, il se contenta de conclure des traités de reddition (suhl) avec les villes qui lui ouvraient leurs portes. Il exempta les habitants de la djizya en échange d'un tribut collectif, et il laissa en place la noblesse perse (maraziba et dawakin) avec la charge de collecter pour lui les recettes fiscales des habitants. A cette époque il se fit également remettre les clés du port de Hurmuz ce qui permit la réouverture de la route commerciale qui reliait l'Inde à l'Irak.

Ses lieutenants poursuivirent leurs avancées très loin à l'est. Abd ar-Rahman ibn Samura fut envoyé à Zamin Dawar, il s'avança jusque sous les murs de Bust et de Zabul dans l'actuel Afghanistan. Al-Ahnaf ibn Kays entra quant à lui dans les déserts de sel du Kuhistan, puis s'empara de Marw, avant de poursuivre jusqu'au Djuzdjan et d'achever son périple à Balkh. Il fit même une pointe jusqu'aux frontières du Khawrizm (Ouzbékistan). Dans le même temps (juin 652), on apprit que l'empereur perse Yazdjird III, toujours en fuite, avait été tué par ses propres hommes, comme l'avait été Darius III, mille ans plus tôt.

Finalement, Ibn Amir ne stoppa son avance qu'une fois parvenu à Nishapur, la grande cité du Khorasan. Il obtint rapidement le ralliement des autres villes des environs, Sarakhs, Bayhak et Nasa. Afin de marquer les esprits et contrairement aux usages, il revêtit l'ihram aux portes de la ville de Nishapur avant de se diriger vers La Mekke, à plusieurs milliers de kilomètres, afin d'accomplir le hadj et de remercier Dieu des prodigieux succès qu'Il avait offert aux Croyants. A La Mekke Abdallah fit preuve d'une générosité légendaire et il répara notament à ses frais les systèmes de ravitaillement en eau. Avant de partir, il avait laissé dans tout l'Iran oriental des garnisons. En 653, la chute d'Hérat marqua la prise de la dernière ville sassanide, seize années après la bataille de Kadisiyya qui avait ouvert le pays aux Musulmans. Désormais, les Arabes se retrouvèrent face à face, non plus avec les Perses mais avec les Sogdiens et les Turcs.

Sous la férule du gouverneur Ibn Amir, Basra prit son envol, elle cessa d'être un misr (camp militaire) et devient une ville digne de ce nom. Elle dépassa même Kufa en nombre d'habitants, alors qu'elle avait été jusque-là la parente pauvre de sa voisine du Nord. Pour peupler la cité, accroître les effectifs de son armée et combler les pertes, Ibn Amir fit venir en masse vers le 'Irak des Bédouins appartenant aux tribus de l'arrière-pays, en particulier Banu Rabi'a, Banu Bakr ibn Wa'il, Banu Tamim et Banu Azd Uman. Il arabisa ainsi profondément le pays irakien. Il fit également réparer les canaux d'irrigation à Basra et à Ulla. Il entreprit d'importants travaux de terrassement et créa des plantations à Nihadj et Karatayn. Alors que Kufa s'agitait contre le calife 'Uthman, Basra, heureuse et comblée, était beaucoup plus tranquille.

Après l'assassinat de 'Uthman en juin 656, le nouveau calife, 'Ali, destitua Ibn Amir, qui fut remplacé par le alide 'Uthman ibn Unayf. Mais Abdallah refusa d'être ainsi mis devant le fait accompli et de voir les meurtriers de son cousin s'emparer du pouvoir. Il quitta Basra pour La Mekke avec d'importants moyens financiers. Au cours des mois qui suivirent il fut l'un de ceux qui poussèrent Talha, Zubayr et A'ishah à réclamer le "prix du sang" pour 'Uthman, et l'un de ceux qui les invitèrent à se replier sur Basra où lui-même avait conservé de nombreux et solides partisans. Mais 'Ali rattrapa les séditieux et écrasa leurs forces à la "bataille du Chameau". Ibn Amir fut sans doute pardonné peu après mais il ne s'en réfugia pas moins auprès du dernier homme qui résistait encore à 'Ali, Mu'awiya, gouverneur de Syrie. Un homme qui, lui aussi se réclamait comme le "vengeur" de 'Uthman et appartenait au clan des Banu Abd Shams.

Suite au triomphe de Mu'awiya après cinq années de guerre civile, Ibn Amir retrouva son poste de gouverneur de Basra (41/661). Mais le gouverneur du Fars nommé par 'Ali, Zyad ibn Abihi, refusa de se démettre et de reconnaître Mu'awiya. Il n'accepta qu'à une seule condition, que Mu'awiya lui donne le gouvernement de Basra. Charmé par tant d'audace, et déjà au fait des grandes qualités de Zyad qui avait su gouverner son domaine avec une grande sagesse, Mu'awiya accepta. Ibn Amir était furieux mais il fut contraint de céder devant l'autorité du puissant calife (44/664).

Il se retira alors au Hidjaz avec une forte rente. Installé à La Mekke, il y mourut en 680, la même année que Mu'awiya, à l'âge de cinquante-quatre ans, riche et honoré. Son histoire est importante au sens où il a joué un rôle majeur dans deux phénomènes qui allaient s'avérer essentiels dans l'histoire politique et culturel du monde islamique, à savoir l'arabisation de l'Irak et l'islamisation de l'Iran.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
 
Ibn Amir (m. 680)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Arabie Saoudite interdit 50 prénoms pour les enfants : Alice, Malika, Amir, Nardeen...
» les surnoms
» parceque tu es un héro
» Abd El-Kader Education Project
» Mon Grand Père :L'Émir Abd El-kader

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Espace des Savoirs :: Histoire des mondes musulmans-
Sauter vers: