AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 « Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de

Aller en bas 
AuteurMessage
Khady
Nouveau


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 21/04/2015

« Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de Empty
MessageSujet: « Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de   « Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de EmptyJeu 23 Avr - 20:57

Depuis la diffusion d’un sujet sur les « nouveaux ghettos », « Zone Interdite » est accusée de véhiculer des clichés sur la banlieue. M6 et les boîtes de prod’ soutiennent que leur travail est conforme à la réalité.

Capture d’écran du sujet diffusé sur « Zone Interdite » le 12 avril 2015 (M6)

Dimanche, le magazine « Zone Interdite » (M6) a consacré une émission aux cités HLM. Un mini-tour de France intitulé « Quartiers sensibles : le vrai visage des nouveaux ghettos », qui parle, pêle-mêle, de communautarisme musulman, de deal et d’ados à la dérive (à revoir en replay sur le site de M6).

De nombreux internautes ont réagi sur les réseaux sociaux, prenant la chaîne à partie, coupable, selon eux, d’alimenter la parano collective, voire le racisme.

Quelques heures après la diffusion du sujet – qui juxtapose le travail de deux boîtes de production –, les Jeunes communistes de Bobigny-Drancy (Seine-Saint-Denis) ont annoncé, via un communiqué, leur intention de porter plainte contre M6 pour diffamation. En cause, notamment, les passages tournés à Bobigny, qu’ils assimilent à de « la propagande racoleuse, mensongère et réactionnaire ». Deniz Kiraz, l’un des militants à l’origine de l’initiative, explique :

   « A un moment, le journaliste pose une question totalement scandaleuse à une maman (30 ans, cinq enfants, de quatre pères différents, au chômage) : “Tu n’as jamais pensé à prendre la pilule ?” Peut-on appeler ça du journalisme ? »

Mercredi soir, nous avons reçu l’appel de Matthias Quiviger, qui a joué les fixeurs à Evreux (Eure) pour les besoins de l’émission. Il assure qu’il déposera plainte aussi. Et raconte :

   « Une boîte de production [Giraf Prod, ndlr] qui voulait soi-disant réaliser un reportage positif sur la banlieue, loin des clichés sur les islamistes et les dealers, m’a approché. Je l’ai aidée mais à la fin du tournage, elle a trouvé qu’il fallait pimenter, parce que ça ne fonctionnait pas. Ça manquait de “religion” et de “deal”. Elle a alors décidé de tourner d’autres séquences... »

« Elle voulait des barbus, des djellabas... »

Le long format de « Zone Interdite » n’est pas le plus stigmatisant qui soit dans l’histoire médiatique de la banlieue, ni même le plus sombre. Néanmoins, il est bordélique. Trop de problématiques différentes et sensibles (identité, trafic, monoparentalité) s’y entrechoquent, sans subtilité, ni réelle mise en perspective.

La chaîne assume. L’angle était le ghetto, l’objectif, de rapporter une réalité, et le politiquement correct à bannir :

   « C’était brut de décoffrage, avec une volonté d’éviter les partis pris. C’est ce que l’on a fait. »

Et justifie, en arguant qu’il y a toujours une minorité de déçus après un tournage, de surcroît sur une thématique aussi complexe :

   « Nous n’avons pas trahi la parole des personnes qui ont participé à ce reportage et nous n’avons rien inventé. D’ailleurs, elles nous ont remerciés pour ça. »

Trois semaines avant la diffusion de l’émission, Matthias Quiviger affirme avoir présenté des témoins à Géraldine Levasseur, une cadre de Giraf Prod qui a bossé sur Evreux et son quartier sensible de La Madeleine. Sur le tournage, elle aurait pété un câble :

   « J’essayais de lui ramener des personnes qui ont réussi ou qui galèrent, mais qui s’en sortent quand même. Ça ne lui allait pas. En réalité, elle voulait des barbus, des djellabas, des musulmans qui font la prière, des dealers... Ça s’est très mal passé avec elle.

   Elle avait menti sur ses intentions. Je me souviens qu’elle est rentrée dans un immeuble et qu’elle a demandé aux habitants de tous se mettre par la fenêtre pour que ça fasse “cage à poules” et “ghetto”. »

Il poursuit :

   « Après les témoignages qu’elle a recueillis quand j’étais avec elle, elle n’était pas satisfaite. Elle y est retournée, seule. Elle a donné environ 250 euros à des jeunes pour qu’ils la laissent filmer des points de deals et qu’ils répondent à ses questions très orientées. »

Article complet rue89.nouvelobs.com
Revenir en haut Aller en bas
salwasally
Nouveau
salwasally

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 19/04/2015

« Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de Empty
MessageSujet: Re: « Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de   « Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de EmptyJeu 23 Avr - 21:49

Ils vendraient père et mère pour faire de l’audimat Evil or Very Mad et qu'en face il y aura des imbéciles pour répondre à leurs questions pour le plaisir de voir leur tête à la télé ou contre quelques euros icon_banghead
Revenir en haut Aller en bas
 
« Zone Interdite » : « La journaliste voulait des barbus, de
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JMJ 97
» un coup de main?
» Professeurs sollicités amoureusement par leurs élèves : appel à témoin pour Zone Interdite
» Golfe du Mexique, « zone morte »
» L'homme qui voulait être heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités-
Sauter vers: