AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La poésie arabe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yasmine172
Senior


Nombre de messages : 746
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: La poésie arabe   Mer 13 Déc - 23:14

salam
voila un fil dédié la poésie arabe, je commence par Mahmoud Derwish
IdentitéPoésie
Mahmoud Darwich
Inscris !
Je suis Arabe
Le numéro de ma carte : cinquante mille
Nombre d’enfants : huit
Et le neuvième... arrivera après l’été !
Et te voilà furieux !

Inscris !
Je suis Arabe
Je travaille à la carrière avec mes compagnons de peine
Et j’ai huit bambins
Leur galette de pain
Les vêtements, leur cahier d’écolier
Je les tire des rochers...
Oh ! je n’irai pas quémander l’aumône à ta porte
Je ne me fais pas tout petit au porche de ton palais
Et te voilà furieux !
Inscris !
Je suis Arabe
Sans nom de famille - je suis mon prénom
« Patient infiniment » dans un pays où tous
Vivent sur les braises de la Colère
Mes racines...
Avant la naissance du temps elles prirent pied
Avant l’effusion de la durée
Avant le cyprès et l’olivier
...avant l’éclosion de l’herbe
Mon père... est d’une famille de laboureurs
N’a rien avec messieurs les notables
Mon grand-père était paysan - être
Sans valeur - ni ascendance.
Ma maison, une hutte de gardien
En troncs et en roseaux
Voilà qui je suis - cela te plaît-il ?
Sans nom de famille, je ne suis que mon prénom.

Inscris !
Je suis Arabe
Mes cheveux... couleur du charbon
Mes yeux... couleur de café
Signes particuliers :
Sur la tête un kefiyyé avec son cordon bien serré
Et ma paume est dure comme une pierre
...elle écorche celui qui la serre
La nourriture que je préfère c’est
L’huile d’olive et le thym
Mon adresse :
Je suis d’un village isolé...
Où les rues n’ont plus de noms
Et tous les hommes... à la carrière comme au champ
Aiment bien le communisme

Inscris !
Je suis Arabe
Et te voilà furieux !

Inscris
Que je suis Arabe
Que tu as rafflé les vignes de mes pères
Et la terre que je cultivais
Moi et mes enfants ensemble
Tu nous as tout pris hormis
Pour la survie de mes petits-fils
Les rochers que voici
Mais votre gouvernement va les saisir aussi
...à ce que l’on dit !


DONC
Inscris !
En tête du premier feuillet
Que je n’ai pas de haine pour les hommes
Que je n’assaille personne mais que
Si j’ai faim
Je mange la chair de mon Usurpateur
Gare ! Gare ! Gare
À ma fureur !
Revenir en haut Aller en bas
yasmine172
Senior


Nombre de messages : 746
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: La poésie arabe   Mer 13 Déc - 23:18

Entre Rita et mes yeux, un fusil
chanté hier par Marcel khalife à l'UNESCO, tout le monde l'a chanté en même temps que lui ..

Entre Rita et mes yeux, un fusil
et celui qui connaît Rita se prosterne
adresse une prière
à la divinité qui rayonne dans ses yeux de miel

moi, j’ai embrassé Rita
quand elle était petite
je me rappelle comment elle se colla contre moi
et de sa plus belle tresse couvrit mon bras
je me rappelle Rita
ainsi qu’un moineau se rappelle son étang

Ah Rita
entre nous, mille oiseaux mille images
d’innombrables rendez-vous
criblés de balles

le nom de Rita prenait dans ma bouche un goût de fête
dans mon sang le corps de Rita était célébration de noces
deux ans durant, elle a dormi sur mon bras
nous prêtâmes serment autour du plus beau calice
et nous brûlâmes
dans le vin des lèvres
et ressuscitâmes

Ah Rita
quoi a pu éloigner mes yeux des tiens
hormis le sommeil
et les nuages de miel
avant que ce fusil ne s’interpose entre nous

il était une fois
O silence du crépuscule
au matin, ma lune a émigré, loin
dans les yeux couleur de miel
la ville
a balayé tous les aèdes, et Rita
entre Rita et mes yeux, un fusil

Mahmoud DARWICHE
Traduit de l’arabe par Abdellatif Laâbi
Revenir en haut Aller en bas
karimc
Confirmé


Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: La poésie arabe   Ven 22 Déc - 12:14

salam alikoum

on ne peut pas parler de poèsie arabe sans parler de khansa

Surprenante à plus d’un titre, belle et poète, Khansâ’ appartient à la génération du Prophète de l’Islam Mohammed qui prisait ses œuvres. Elle est considérée comme la plus grande poétesse arabe et il ne faut pas oublier qu’à l’aube de ce VIIe siècle qui va voir l’avènement de l’Islam, le poète assume un rôle considérable. Sa poésie soulève l’admiration unanime de ses contemporains, et mieux encore, elle suscitera l’enthousiasme des poètes des générations ultérieures qui, sans nul souci de son sexe dit faible, n’hésiteront pas à reconnaître la supériorité d’al-Khansâ’ sur ses émules masculins.
Auteur le plus fécond de la période archaïque – quelques mille vers lui sont attribués – elle possède sensibilité et imagination. Après les disparitions successives de ses deux frères, elle portera à un sommet tel la « marthiya » – élégie funèbre – qu’aucun poète après elle n’égalera.

« (…) O mes yeux, laissez couler
Des pleurs généreux tels des perles
Roulant sur les fils du collier.

Je me suis souvenue de lui
Dans les ténèbres épaisses de la nuit
Et en mon cœur il est
Une vaste déchirure que rien ne viendra réparer (…) »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La poésie arabe   Aujourd'hui à 15:31

Revenir en haut Aller en bas
 
La poésie arabe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où est la langue arabe??
» Chevaux Arabe et Fantasia
» Safaria - IAL arabe
» Première béatification en Israël d'une arabe catholique
» Les soulèvements du monde Arabe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum général-
Sauter vers: