AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Lun 8 Jan - 0:26

Salaam

Jme demandais pourquoi Abd Al Malik passait si souvent à la télé...
Rolling Eyes


« Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »
Par François Burgat
mercredi 3 janvier 2007


« Quand il s’agit de décrire la crise profonde qui secoue le monde musulman en général et les pays arabes en particulier, les feux des projecteurs occidentaux sont systématiquement dirigés sur la mise en évidence des défauts de nos structures intérieures » relève très lucidement le sociologue tunisien Aziz Krichen (1) . « Ces carences sont rapportées à des déterminismes enfouis dans la longue durée, et présentées comme le résultat logique nécessaire d’une histoire et d’une culture qui nous seraient propres. Lorsque de telles problématiques sont reprises et relayées par des acteurs autochtones, on peut constater que ces derniers sont fortement encouragés, soutenus, applaudis et reconnus. On les publie, on les "médiatise", on les invite, on les récompense : ils font le travail à votre place ».

En matière d’information, le « service public des uns » a en France deux façons de faire taire les autres. La première est d’interdire de facto de micro ou de plateaux toute une partie du tissu intellectuel national. La seconde, plus sophistiquée, et plus dangereuse pour le « vivre ensemble », a de profondes racines coloniales : faire taire l’autre c’est bien, parler à sa place c’est mieux encore !

Sur le « service public des uns », la voix des autres doit ainsi respecter une sorte de cahier des charges. Une émission sur l’Islam permet généralement, dans une première partie, de vanter sans restriction la grandeur, la noblesse et l’inventivité des musulmans…qui ont quitté ce monde. La seconde se doit en revanche de dénoncer les humeurs protestataires et le goût intempestif de la violence de l’immense majorité… de ces intégristes qui leur ont succédé. La conclusion conduit le plus souvent le « savant musulman » du jour à laisser entendre que, ma foi, si tous étaient aussi polis que lui ou si c’était à lui qu’était confiée l’éducation de ces empêcheurs de moderniser en rond, de Gaza jusque dans nos banlieues, le calme serait vite revenu.

Depuis le « psychanalyste musulman » qui a découvert (et qui le lui reprocherait !) tout le plaisir qu’il a à ne plus l’être, jusqu’au converti de fraiche date qui vient avec entrain, du haut de son soufisme tout neuf (ah… le bon soufisme !), pourfendre si opportunément la résistance du Hamas et du Hezbollah, sans oublier bien sûr la banlieusarde qui refuse d’être « soumise », l’imam adoubé par les généraux d’outre méditerranée, le roi de la caméra cachée régulièrement « infiltré chez les terroristes », le spécialiste des pathologies de la pensée musulmane et, de l’extrême droite chrétienne à l’extrême gauche marxiste, toute la cohorte des perdants récents de la politique arabe, venus sur le ton de l’expertise nous dire combien nous avons raison de penser tout ce mal de « nos ennemis communs », la palette sans cesse renouvelée des médiateurs « islamiquement corrects » de l’autre musulman s’enrichit et se renouvelle à l’infini.

Chacune et chacun de ces hérauts de nos « autres » a bien évidement son charme, sa respectabilité et sa légitimité. Le problème est que leur fortune médiatique est trop souvent inversement proportionnelle à leur ancrage dans la population qu’ils sont supposés représenter. Et qu’ils ne doivent leur temps d’antenne qu’à leur capacité à occulter beaucoup d’autres visions, bien d’autres sensibilités, de multiples autres exigences, qui sont souvent celles de la vaste majorité de leurs concitoyens ou de leurs compatriotes, ainsi privés de voix.

La recette de ce parfait déni de représentation n’est pas nouvelle. En Algérie, au début des années 1950, pour dénoncer la manipulation des institutions représentatives des musulmans et qualifier cette technique dont le dominant use au détriment de celui qu’il ne veut pas entendre, Malek Bennabi avait eu une formule cinglante : « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne ! » Cinquante ans plus tard, de l’autre coté de la Méditerranée, Bennabi n’en finit pas d’être d’actualité.

Note :

(1) Intervention à la rencontre pour le 10ème anniversaire de la création du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRDDHT), Paris, décembre 2006.

Source
Revenir en haut Aller en bas
Sandokhan
Confirmé


Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Lun 8 Jan - 18:08

Assalamou alaykoum

Aujourdhui, hélas! pas de Malek Bennabi, ou autres ténors issue des partis politiques nationaliste (ENA, PPA-MTLD) afin de denoncer et de combattre (legalement) ces injustices!

C'est a vous les jeunes Musulman(ne)s de reprendre le flambeau! afin de ne pas laisser les enfants du bachagha Boualem (aujourd'hui appelé Musulman laique) ou les pseudos-convertis au "soufisme"digne héritier de ( la "rue Lecomte" ou encore le "Bureau Arabe" : ce service "d’assistance" qui se voulait protecteur, officiellement, fut une véritable structure policière qui contrôla et surveilla les nationalistes et intellectuels nord-africains menaçant les intérêts de la politique française) parler en notre nom!


Les données ne sont plus les memes qu'au début du siecle dernier (1926..), mais il faut savoir qu'a l'epoque de la constitution de l'ENA cette experience etait considéré comme utopique! et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Luqman57
Confirmé


Nombre de messages : 448
Localisation : Entre terre et ciel
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Lun 8 Jan - 19:38

[...............


Dernière édition par le Ven 20 Avr - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Lun 8 Jan - 21:22

Salaam

Luqman57 a écrit:
Salam

Concrètement que doit-on faire, que pouvons-nous faire, comment nous unir ou nous mobiliser, comment réagir??..

Peut-être faut il penser a Agir au lieu de réagir.

Peut-être faut-il arréter de se définir et se chercher une place par rapport aux autres, par rapport à l'Autre.

Peut-être faut-il diriger (un peut plus) son regard envers soit-même et ce qui fonde ce soit.

Les expérience du passé sont toujours intéressante à connaitre et à analyser. En quoi elles ont marché et en quoi elle furent un échec (à éviter donc).

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
Luqman57
Confirmé


Nombre de messages : 448
Localisation : Entre terre et ciel
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Lun 8 Jan - 22:52

......................


Dernière édition par le Ven 20 Avr - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sandokhan
Confirmé


Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Mar 9 Jan - 1:15

Assalamou alaykoum

Il faut encourager, les soeurs et les freres de bonne volonté, car il est rare de voir parmis nos correlegionnaires des jeunes gens ayant des preocupations réelle (non teinté d'interet personnel) pour leur communauté. Puisse Allah les preserver.

Concernant les "critiques" et bien, il faut que nous apprenions a accepter les critiques quand elles sont justifiés. L'argument qui revient souvent sur les forums ou dans les reunions associative "vous ne savez que critiquer" mais que faites vous ? En fait, certains voudrait qu'on se taisent et c'est a mon avis un moyen d'imposer leur vision des choses a ceux qui ne sont pas "aux affaires" Donc, tout les responsables, quelque soit leur position, se doivent d'accepter le critique, et de rendre des comptes aux personnes qu'on est "censés representer". C'est vraiment la moindre des choses.


Dernière édition par le Mar 9 Jan - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luqman57
Confirmé


Nombre de messages : 448
Localisation : Entre terre et ciel
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Mar 9 Jan - 8:32

..............................................


Dernière édition par le Ven 20 Avr - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Mer 17 Jan - 18:36

Salaam

itinerant a écrit:


Peut-être faut il penser a Agir au lieu de réagir.


Tu penses vraiment que c'est possible ? scratch
Je crois plutôt que tout n'est que réaction, indubitablement, puisque les choses n'existent pas d'elles-mêmes et elles ne peuvent avoir de poids que si elles se construisent dans un système, donc par rapport à quelquechose...nan ?
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Mer 17 Jan - 19:52

Salâm `aleykoum,

inji a écrit:
Tu penses vraiment que c'est possible ? scratch
Je crois plutôt que tout n'est que réaction, indubitablement, puisque les choses n'existent pas d'elles-mêmes et elles ne peuvent avoir de poids que si elles se construisent dans un système, donc par rapport à quelquechose...nan ?

On peut prendre le "agir vs. reagir" comme un appel a ne pas positionner par rapport aux autres, a agir selon son soi propre (en gardant un oeil sur la reaction des autres quand meme). Les autres c'est bien, sauf quand ca m'empeche de vivre. (je passe sur le cote rhetorique qui consisterait a tout mettre en chaine selon le principe action-reaction)

Wa salâm.
Revenir en haut Aller en bas
abdelhack
Junior


Nombre de messages : 27
Age : 33
Localisation : France
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Mer 17 Jan - 20:35

trend a écrit:
Salâm `aleykoum,


On peut prendre le "agir vs. reagir" comme un appel a ne pas positionner par rapport aux autres, a agir selon son soi propre (en gardant un oeil sur la reaction des autres quand meme). Les autres c'est bien, sauf quand ca m'empeche de vivre. (je passe sur le cote rhetorique qui consisterait a tout mettre en chaine selon le principe action-reaction)

Wa salâm.

Assalamo 'aleykoum

Je te viens en aide Trend!

En management on appelle çela proagir. Le terme est récent, la définition n'est pas normalisé (je crois). En résumé, çela signifie "agir en anticipant l'action de l'autre" . Cela s'oppose à réagir ( = après que l'autre est agit).



Wa salam wave
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »   Aujourd'hui à 15:33

Revenir en haut Aller en bas
 
« Ôte ta conscience de là que j’y mette la mienne »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R - mettre une ligne de la légende en italique
» C'est quoi une Vérité?
» Plus que jamais..
» quoi mettre pour bien cicatricer?
» salut rasta beuher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum général-
Sauter vers: