AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mar 9 Jan - 21:41

Salaam

L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace devant sa religion ?

C'est la question que je me pose. J'ai l'impression que le musulman (qu'il soit qualifié d'intéllectuel ou pas) démontre une capacité a investir son intélligence et son effort intéllectuel dans des champs trés variés avec un esprit critique notable. Mais dans tout ce qui est "rattaché" à la Religion héritée, il (me) semble faire preuve de frilosité.

C'est le sujet que j'aimerais discuter.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 13:14

Inutile d’en discuter, ce que vous dites est absolument vrai, et je n’ai de cesse de le constater et de le regretter.
Les intellectuels musulmans ont été conditionnés des leur naissance à prendre pour acquise et incontestable la "science" de leurs mollahs. Ces derniers ont parfaitement réussi à paralyser le cerveau de tous les musulmans (ou presque) afin qu’ils ne touchent pas au domaine qu’ils se sont accaparés. En termes de conditionnement et d'abrutissement, c’est une réussite totale pour eux.

Mais insh’allah, le réveil ne va pas tarder.

Paix
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 13:31

al-shajara a écrit:
Les intellectuels musulmans ont été conditionnés des leur naissance à prendre pour acquise et incontestable la "science" de leurs mollahs.

Tiens, cette phrase m'a fait penser a quelquechose qui, je l'espere, vous fera reflechir: c'est exactement la meme chose en Occident vis-a-vis de la science, peu "d'intellectuels" la remettent en cause car le systeme occidental nous conditionne a travers une idealisation de l'enseignement et du scientifique...

Tout ca pour dire que ca n'a peut-etre rien a voir avec l'Islam, c'est une derive des systemes et des societes peut-etre? Et puis finalement, on a la societe qu'on "merite", autrement dit quand "les gens" deviennent "frileux", normal que les "elites" suivent, non? (dans le sens contraire par contre, la non-frilosite des "elites" peut entrainer des derives a cause de differences flagrantes de conditions, cf. les cas ou la liberte intellectuelle desirea par les "elites" se traduisent par une liberte physique/materielle pour les autres...)
Revenir en haut Aller en bas
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 14:18

Salam

trend a écrit:


Tiens, cette phrase m'a fait penser a quelquechose qui, je l'espere, vous fera reflechir: c'est exactement la meme chose en Occident vis-a-vis de la science, peu "d'intellectuels" la remettent en cause car le systeme occidental nous conditionne a travers une idealisation de l'enseignement et du scientifique...

Tout ca pour dire que ca n'a peut-etre rien a voir avec l'Islam, c'est une derive des systemes et des societes peut-etre? Et puis finalement, on a la societe qu'on "merite", autrement dit quand "les gens" deviennent "frileux", normal que les "elites" suivent, non? (dans le sens contraire par contre, la non-frilosite des "elites" peut entrainer des derives a cause de differences flagrantes de conditions, cf. les cas ou la liberte intellectuelle desirea par les "elites" se traduisent par une liberte physique/materielle pour les autres...)


Merci Trend, c'est exactement ce que je voulais dire.
L'enseignement de n'importe quelle science, et ce, même en France, est conformiste et pousse l'élève à privilégier la réflexion moutonnière et scolaire. J'en fais régulièrement l'expérience dans mon domaine. Il ne faut pas se leurrer sur l'autonomie intellectuelle et scientifique de l'Université française par exemple.
On parle volontiers de la paralysie de la science islamique dans les pays arabo-musulmans ou ailleurs (ce qui est vrai...et il faut lutter contre cela) alors que le même problème se présente pour n'importe quelle science quel que soit le pays.
Evidemment cela est plus visible (et donc plus exacerbé) pour les sciences religieuses, parce que la religion est sous le feu de la rampe.
Revenir en haut Aller en bas
Abdelife
Junior


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 14:26

Salut,

Il est triste aussi de voir les idées reçues sur l'islam qui dans la tête de nombreuses personnes d'origines magrebine font les valeurs de l'islam et le revendiquent comme telles. Hier soir il y avait une emission sur france 2 avec Tarik Ramadan sur les textes de l'islam dans laquelle on a pu voir un reportage où une jeune femme d'origine marocaine habillée très moderne expliquant qu'une femme doit rester à la maison, ne doit pas etudier en presence d'hommes, que c'etait "halam",etc, etc...et Tarik Ramadan réagit à ce reportage en expliquant que justement il faut faire un gros travail sur l'education et expliquer à ces jeunes qu'il y a des textes qui rapportent qu'à l'époque de la révélation les hommes et les femmes priaient ensemble dans la même salle.

Lorsque Tarik Ramadan participe à une discussion autour d'une table qui est censé amené un dialogue, une rencontre des différents univers, on s'aperçoit qu'on ne prend même pas la peine de l'écouter mais qu'on essaye de le casser, de lui faire dire ce qu'il n'a pas dit au lieu d'être constructif. Je trouve cela regrettable d'autant plus que la France et l'Europe ont à gagner à comprendre certains enseignements que prônent Tarik Ramadan.

A+
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 14:43

Wa `aleykoum salâm,

inji a écrit:
L'enseignement de n'importe quelle science, et ce, même en France, est conformiste et pousse l'élève à privilégier la réflexion moutonnière et scolaire. J'en fais régulièrement l'expérience dans mon domaine. Il ne faut pas se leurrer sur l'autonomie intellectuelle et scientifique de l'Université française par exemple.
On parle volontiers de la paralysie de la science islamique dans les pays arabo-musulmans ou ailleurs (ce qui est vrai...et il faut lutter contre cela) alors que le même problème se présente pour n'importe quelle science quel que soit le pays.
Evidemment cela est plus visible (et donc plus exacerbé) pour les sciences religieuses, parce que la religion est sous le feu de la rampe.

Tres juste inji!

En fait, en tant que prof, je sais a quel point c'est facile de tomber dans l'automatisme, on fait le meme court a la longue, on entretient une sorte de "facilite intellectuelle" en repettant les memes trucs, en refaisant le meme genre de choses systematiquement: autant proceder de la sorte avec des aspects techniques est tres bien (XP de labo de chimie, manip de physique, TP d'informatique, etc.), autant tout le reste demande un dynamisme qui diminue de plus en plus avec l'age de nos societes, ou plutot qui se transforme en une forme de "conformisme" generalise.

Moi je fais un effort pour rendre mes cours interactifs, les renouveler, j'ai assez souvent change de thematique scientifique de facon significative. Et tout ca je tente de le transmettre. Mais ca coute beaucoup en temps et efforts, ce que tous le monde n'est pas pret a faire.

J'imagine que le savant musulman a le meme genre de probleme, sans presumer de l'importance de son savoir (qui l'est surement plus que le mien evidemment!). Et je crois meme que dans nos societes occidentales c'est pire: il y a une forme de pseudo-scientifisme (je pense a quelqu'un comme adi sur mejliss.com avec qui j'ai essaye de debattre jusqu'au point ou j'avais beau lui dire que j'etais un scientifique, lui ne voulait pas voir la science comme elle est ...), voire parfois d'arrogance intellectuelle. (cf. la citation de Stephen Hawking: "The Greatest Enemy of Knowledge is Not Ignorance, It is the ILLUSION of Knowledge." -> "Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance")

Et je pense que les musulmans, un peu malgre eux, se retrouvent entrain dans cette spirale de la pseudo-connaissance, souvent associee a une sorte de "frilosite" (tout depend ce qu'on entend par ce mot). La science se retrouve partout, l'occident devient implicitement un modele intellectuel par l'importation de ses produits et de ses politiques (democratie partout!). Je ne crois pas que ce que dit itinerant est faux, il y a surement une frilosite intellectuelle de nos jours, mais je crois que les raisons sont assez complexes et vont au-dela de l'Islam et des musulmans.

Wa salâm.
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 14:48

Wa `aleykoum salαm,

Abdelife a écrit:
Lorsque Tarik Ramadan participe à une discussion autour d'une table qui est censé amené un dialogue, une rencontre des différents univers, on s'aperçoit qu'on ne prend même pas la peine de l'écouter mais qu'on essaye de le casser, de lui faire dire ce qu'il n'a pas dit au lieu d'être constructif. Je trouve cela regrettable d'autant plus que la France et l'Europe ont à gagner à comprendre certains enseignements que prônent Tarik

C'est assez vrai en France, mais je pense que TR prends tout ceci comme une epreuve a surmonter. Pour preuve, il suffit de regarder sa patience, meme des annees apres avoir ete "demonte" mediatiquement (merci Sarko) et politiquement (merci Bush), il a continue a se comporter dignement et a ne pas fermer les portes du dialogue. Et maintenant on le recoit et on l'ecoute.

Et ici en GB, il est tres ecoute, car on s'en tient a ce qu'il dit, et non pas a ce que certains disent de ce qu'il dit. Mais la encore, je crois que tout ceci peut changer: avec de la patience, de la constance, une once d'humilite, un gramme de modestie, et une enorme foi en Allâh, tout intellectuel musulman peut reussir a terme. Les epreuves actuelles nous renforcent, mais il faudra encore un petit moment pour sortir de cette phase de renforcement. J'imagine que les difficultes mediatiques propres a la France peuvent engendrer des frustrations qui peuvent ensuite se propager a tous les musulmans. Mais je crois que c'est tres subjectif tout ca, avec le temps on prends du recul sur tout ca et on revient a des discussions plus fondamentales.

Wa salâm.
Revenir en haut Aller en bas
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 14:56

Abdelife a écrit:
Salut,

Il est triste aussi de voir les idées reçues sur l'islam qui dans la tête de nombreuses personnes d'origines magrebine font les valeurs de l'islam et le revendiquent comme telles. Hier soir il y avait une emission sur france 2 avec Tarik Ramadan sur les textes de l'islam dans laquelle on a pu voir un reportage où une jeune femme d'origine marocaine habillée très moderne expliquant qu'une femme doit rester à la maison, ne doit pas etudier en presence d'hommes, que c'etait "halam",etc, etc...et Tarik Ramadan réagit à ce reportage en expliquant que justement il faut faire un gros travail sur l'education et expliquer à ces jeunes qu'il y a des textes qui rapportent qu'à l'époque de la révélation les hommes et les femmes priaient ensemble dans la même salle.

Lorsque Tarik Ramadan participe à une discussion autour d'une table qui est censé amené un dialogue, une rencontre des différents univers, on s'aperçoit qu'on ne prend même pas la peine de l'écouter mais qu'on essaye de le casser, de lui faire dire ce qu'il n'a pas dit au lieu d'être constructif. Je trouve cela regrettable d'autant plus que la France et l'Europe ont à gagner à comprendre certains enseignements que prônent Tarik Ramadan.

A+


Salut Abdelife,

Merci de le suggérer ici, je n'osais même pas ouvrir un fil sur cette émission tellement c'était risible. Une de plus me direz-vous...je l'ai regardée en petites coupures, et le peu que j'ai vu m'a suffit. C'était quand même bien mieux que ce qu'on nous sert d'habitude.

Il fallait être aveugle pour ne pas voir que les attaques personnelles et ridicules d'ailleurs (sur tel terme que T.Ramadan aurait dit dans son livre alors qu'il s'en défendait, et tout cela parce que nos invités n'avaient pas ouvert leurs oreilles) contre Ramadan prenaient le pas sur l'échange d'idées.

T.Ramadan gêne, parce qu'il semble être le seul rempart contre ce flot d'intellectuels musulmans qu'on entend un peu partout aujourd'hui (encore un enjeu de pouvoir). Hier, il était l'un des seuls à faire preuve de modestie dans ses propos (lorsqu'on le laissait s'exprimer sur ses idées bien sûr...et heureusement que le présentateur rééquilibrait la balance...on n'y croyait plus qu'un présentateur puisse ne pas être partiel et partial) et à rappeler la nécessité de pousser la réflexion sur la question de l'islamisme par exemple, plutôt que de lancer ce terme dans la discussion sans en définir l'histoire, les modalités, les nuances, etc. comme le font certains.
Evidemment, c'est lorsqu'on essaye de faire preuve d'un minimum de réflexion poussée sur la question de l'islam politique qu'on est accusé - par ceux qui n'en savent pas plus par ailleurs - (parce qu'on est musulman) de le défendre, de le justifier...et après on ose nous parler d'"oeillères idéologiques"...on aura tout vu...

A ce propos, je salue (encore une fois, et Dieu sait que je ne suis pas toujours d'accord avec lui) l'honnêteté intellectuelle de Ramadan dans cette émission qui a bien expliqué que PERSONNE ne pouvait se targuer de traiter un sujet de manière parfaitement objective (dont lui-même), ce qui semblait étonner certains invités qui n'ont visiblement aucune connaissance des avancées théoriques sur cette question en sciences sociales et en sciences tout court...


Dernière édition par le Jeu 11 Jan - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 15:06

Salaam

trend a écrit:

Et je pense que les musulmans, un peu malgre eux, se retrouvent entrain dans cette spirale de la pseudo-connaissance, souvent associee a une sorte de "frilosite" (tout depend ce qu'on entend par ce mot). La science se retrouve partout, l'occident devient implicitement un modele intellectuel par l'importation de ses produits et de ses politiques (democratie partout!). Je ne crois pas que ce que dit itinerant est faux, il y a surement une frilosite intellectuelle de nos jours, mais je crois que les raisons sont assez complexes et vont au-dela de l'Islam et des musulmans.

Itinérant a même complètement raison Very Happy
Quant à savoir d'où ça vient... icon_google
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 15:16

Wa `aleykoum salâm,

inji a écrit:
Itinérant a même complètement raison Very Happy
Quant à savoir d'où ça vient... icon_google

Comme pourrait dire Darwin (que je cite juste histoire d'emousser nos frilosites Wink ), "il ne suffit pas de s'apercevoir que les traits des enfants sont lies a ceux des parents, il faut encore l'expliquer".

Wa salâm.
Revenir en haut Aller en bas
inji
Confirmé


Nombre de messages : 378
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 15:18

trend a écrit:


Comme pourrait dire Darwin (que je cite juste histoire d'emousser nos frilosites Wink ), "il ne suffit pas de s'apercevoir que les traits des enfants sont lies a ceux des parents, il faut encore l'expliquer".

Wa salâm.


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 21:03

Salaam

Eh ben ! 10 réponses en moins de 24hrs. J'en suis ravis. Il semble que ce sujet préoccupe ou du moins intéresse.

Le but du fil est de chercher a mieux comprendre ce phénoméne pour eventuellement trouver des pistes explicatives. Le défit de Trend est donc en droite ligne de ce fil.

Le parallele avec l'attitude envers la "science" qu'a initiallement proposé trend me parait pertinent. Il serait peut-etre bon de voir jusqu'ou va cette analogie et en quoi elle differe si elle le fait (ce que je croit).

En effet je constate aussi que dans mon domaine (qu'on peut qualifier de sciences expérimentales) le discours scientifique bénéficie, lui aussi, d'une certaines sacralité. En ce sens qu'il y a bien une frilosité à remettre en cause certaines théses scientifique (explicatives) voir de simples modéles (de représentation d'une réalité). Par défaut l'ensemble du discours "enseigné" sur les bancs des ecoles ou université est considéré comme "Vrais", comme "Juste". Et l'homme ou la femme qui enseigne ou produit ce "discours scientifique" bénéficie lui aussi de cette sacralité qui entoure "La sceince" : C'est un Professeur, un Docteur en chimie qui le dit .. c'est donc "vrais". On hésite à le contredire.

Arrivé à ce point je constate déja les limites du paralléle. Sur la base de mon parcourt je peux affimer qu'il est plutot fréquent qu'un prof d'université soit reprit ou contredit par un étudiant de 1ere année. Et chose plus significative il arrive plus que souvent que l'entourage de cet éleve (ses collegues par exemple) endosse son point de vue avec facilité.
L'Homme de science des sceinces religieuses (le 'Alam), du fait de la nature de son champ de compétence et de son discours (Le Sacré par excellence : Dieu, la Religion), voit sa personne et son discours entouré d'une sacralité beaucoup plus grande que celle du prof de physique.

Mais si on va plus au fond on peut constater (malgrés ces points communs) une différence radicale dans la perception des deux domaines. Ainsi par exemple la perspective qu'ont ces domaines du "savoir" par rapport à la fléche du temps.

Pour la science universitaire (expérimentale ou pas) il y a une vision communement admise qui peut se résumer ainsi :

"Avant", nos aieux avaient produit un discours scientifique (ses modéles, ses théses, ses methodes, ses outils, ses résultats, ...etc) FORCEMENT moins "juste" que ce qu'il est aujourd'hui. Et le discours considéré comme vrais ou juste aujourd'hui a toute les chances d'être remis en cause Demain pour laisser place à un discours encore plus "Juste".
Ce qui reste de l'heritqge scientifique du passé admis comme encore Vrais est minime, quelques "détails" en fait.

A l'inverse ce qui semble communément admis chez le croyant musulman dans sa vision du savoir religieux par rapport a cette fleche du temps est radicallement l'inverse :

Le plus juste et le plus vrais se trouve derriere nous. C'est ce qui reste a savoir ou à établir qui est "des détails".


D'ailleur le rapport à la "nouveauté", à l'idée nouvelle est trés illustratif de ces différences radicales. Dans le domaine de la science universitaire (expérimentales du moins. je connais beaucoup moins les sciences humaines par exemples) la nouveauté est Recherché, Valorisée. Et celui qui l'améne bénéficie d'un grand respect. Le terme "Inventeur" est immencement positif.

Dans le domaine religieux (ou plus exactement tout ce qui est rattaché au religieux) l'idée nouvelle porte le nom de "bid'a". Terme qui n'est plus à présenter ! Et aussi bien cette "bid'a" que celui par qui elle arrive sont carrément condamné.

Donc je croit bien, cher Trend, que l'analogie que tu indique cache en fait des différences radicales fondamentales.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
trend
Senior


Nombre de messages : 526
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Mer 10 Jan - 21:21

Salâm `aleykoum,

Je tiens a dire que je realise tout a fait que je suis legerement a cote du sujet et que je prends le risque de le faire un peu devier, mais je voudrais en terminer avec cette reponse (avant de revenir au schmilblick Smile ).

itinerant a écrit:
Ce qui reste de l'heritqge scientifique du passé admis comme encore Vrais est minime, quelques "détails" en fait.

...

Donc je croit bien, cher Trend, que l'analogie que tu indique cache en fait des différences radicales fondamentales.

Et bien non mon cher itinerant, la premiere phrase ci-dessus est fausse: il y a une innombrable quantite de connaissances du passe qui n'ont pas beaucoup change, voire pas du tout. Je pourrais te parler en long, en large et en travers de mathematiques, mais ca serait tres ennuyeux pour ce forum Wink. Pareil pour la physique, la chimie, et d'autres domaines comme la linguistique, un peu moins pour la philosophie. Evidemment la sociologie et la psychologie etant moderne, il y a moins de "passe".

C'est vrai que la science ne commence pas avec un Message, un Texte et une Croyance. Mais elle a des axiomes, des hypotheses, des experiences, etc., la difference etant qu'elle les remet en cause (enfin de moins en moins, c'est ce que je tente d'exprimer ici). Et a partir de la les humains (les savants, a ne pas confondre avec la science qu'ils tentent d'elaborer: par exemple il y a souvent plusieurs theories, comme il y a des ecoles de pensees, l'ensemble constitue une science, avec parfois des domaines qui ont des interpretations contradictoires) tentent d'expliquer ce qu'ils observent et de controler leur environnement.

Maintenant pour en revenir a la frilosite, je pense qu'elle est liee (mais pas entierement expliquee, vu que je connais assez mal les pays musulmans je ne prefere pas m'avancer trop) au comportement moderne d'eviter les risques. Parfois c'est de la prudence, d'autres fois c'est le sens de la responsabilite, mais parfois on ne realise pas a quel point on se "protege" inconsciemment. Il ne faut jamais oublier que le savoir/connaissance ne s'impose pas au savant/scientifique, c'est bel et bien lui, en tant qu'homme et avec tous les defauts que ca peut comporter, qui le produit et le diffuse.

D'ailleurs ce dernier point pourrait permettre d'avancer ce thread: donnes nous des exemples de la frilosite dont tu parles. Est-ce la peur de la bid'a?

Wa salâm.
Revenir en haut Aller en bas
Abd95
Confirmé


Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Jeu 25 Jan - 1:06

Salam

Les intellectuels musulmans sont suffisamment audacieux

La réforme (islah) des études islamiques a déjà été faite depuis plus d'un siècle ... tout a déjà été dit avec Abduh et d'autres ...

La question est plutôt, pourquoi est-ce que cette réforme, très cohérente sur le papier n'a-t-elle pas obtenu de succès concrets auprès des "masses" ?

La réponse est peut-être avant tout sociale et politique et tient à une chose : elle n'a pas pu lier son destin à une grande "émancipation collective" ...

Je m'explique. Le réformisme faisait de grands progrès dans les années 1890-1940, parce qu'il s'identifiait alors à une lutte pour la modernité, contre le colonialisme, pour l'indépendance (Ibn Badis en est la meilleure illustration).

Mais, après les indépendances, le réformisme s'est retrouvé dans une position inconfortable, avec comme adversaire, non plus le pouvoir étranger mais le despotisme local ...

En somme, s'opposer à Ataturk par exemple, c'était risquer de passer pour un élément corrupteur, semeur de division, puisque c'est lui qui avait assuré l'indépendance et la souveraineté du pays ... on retrouve le même schéma avec Boumedienne en Algérie, Nasser en Egypte, le Shah d'Iran et dans bien d'autres cas ... dans tous ces pays, la défense de l'indépendance nationale a été monopolisée par une laïcité aggressive et souvent tyrannique. Les réformateurs devenaient soit des auxillaires du pouvoir (et étaient donc considérés comme des laquais), soit des ennemis du pouvoir (mais dans ce cas ils étaient accusés de semer la division et d'ouvrir les portes à l'Occident et donc à l'Amérique, ce fut d'ailleurs la critique du nassérisme à l'égard des FM)

De même, aujourd'hui, prôner la réforme, c'est prôner la conciliation (voire la compromission) avec l'Occident, avec le néo-colonialisme, avec la mondialisation la plus inégalitaire, etc. Ce qui va à l'encontre des valeurs et de l'esprit de l'islam, et cela les croyants le savent bien, c'est pour cela qu'ils ont une réticence instinctive vis à vis de nombreux réformateurs ...

Le jour où le réformisme saura enfin se penser et se présenter comme un mouvement de libération, un levier pour redonner leur liberté, leur dignité aux musulmans, ce jour là il aura une audience incomparable ... je pense d'ailleurs à cet égard que la Malaisie et l'Indonésie ont fait d'utiles avancées vers cela... c'est pour cela que certains ne pardonne pas à Tariq Ramadan sa critique du système occidental alors même que cette critique est la condition même de son crédit vis à vis des musulmans ...

Wa Allah a'lam
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Jeu 25 Jan - 11:37

Un livre tres intéressant sur le sujet :
http://www.usc.edu/dept/MSA/humanrelations/crisis_in_the_muslim_mind/

L'auteur en est 'AbdulHamid A. AbuSulayman, fondateur de l'IIIT (International Institute of Islamic Thought).
Revenir en haut Aller en bas
itinerant
Confirmé


Nombre de messages : 322
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Lun 16 Juil - 0:14

Salaam

Abd95 a écrit:
Salam

Les intellectuels musulmans sont suffisamment audacieux

La réforme (islah) des études islamiques a déjà été faite depuis plus d'un siècle ... tout a déjà été dit avec Abduh et d'autres ...

La question est plutôt, pourquoi est-ce que cette réforme, très cohérente sur le papier n'a-t-elle pas obtenu de succès concrets auprès des "masses" ?

La réponse est peut-être avant tout sociale et politique et tient à une chose : elle n'a pas pu lier son destin à une grande "émancipation collective" ...

Je m'explique. Le réformisme faisait de grands progrès dans les années 1890-1940, parce qu'il s'identifiait alors à une lutte pour la modernité, contre le colonialisme, pour l'indépendance (Ibn Badis en est la meilleure illustration).

Mais, après les indépendances, le réformisme s'est retrouvé dans une position inconfortable, avec comme adversaire, non plus le pouvoir étranger mais le despotisme local ...

En somme, s'opposer à Ataturk par exemple, c'était risquer de passer pour un élément corrupteur, semeur de division, puisque c'est lui qui avait assuré l'indépendance et la souveraineté du pays ... on retrouve le même schéma avec Boumedienne en Algérie, Nasser en Egypte, le Shah d'Iran et dans bien d'autres cas ... dans tous ces pays, la défense de l'indépendance nationale a été monopolisée par une laïcité aggressive et souvent tyrannique. Les réformateurs devenaient soit des auxillaires du pouvoir (et étaient donc considérés comme des laquais), soit des ennemis du pouvoir (mais dans ce cas ils étaient accusés de semer la division et d'ouvrir les portes à l'Occident et donc à l'Amérique, ce fut d'ailleurs la critique du nassérisme à l'égard des FM)

De même, aujourd'hui, prôner la réforme, c'est prôner la conciliation (voire la compromission) avec l'Occident, avec le néo-colonialisme, avec la mondialisation la plus inégalitaire, etc. Ce qui va à l'encontre des valeurs et de l'esprit de l'islam, et cela les croyants le savent bien, c'est pour cela qu'ils ont une réticence instinctive vis à vis de nombreux réformateurs ...

Le jour où le réformisme saura enfin se penser et se présenter comme un mouvement de libération, un levier pour redonner leur liberté, leur dignité aux musulmans, ce jour là il aura une audience incomparable ... je pense d'ailleurs à cet égard que la Malaisie et l'Indonésie ont fait d'utiles avancées vers cela... c'est pour cela que certains ne pardonne pas à Tariq Ramadan sa critique du système occidental alors même que cette critique est la condition même de son crédit vis à vis des musulmans ...

Wa Allah a'lam

Je m'attendais a une suite pour ce débat important.

C'est comme si il fut clos par cette intervention et l'exemple du sud est asiatique.

J'espere qu'on pourra en reparler un jour (et vous lire tous ici) plus en détail.

Salaam
Revenir en haut Aller en bas
Haz
Confirmé


Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Lun 16 Juil - 2:27

Salam alikoum

Le sujet est loin d'être clos Itinérant flower

L'exemple de la Malaisie ? Mais quel est-il cet exemple ? Une opposition politique entre un islam modéré et un islam conservateur qui s'est soldé par la victoire du premier sur le deuxième, vistoire largement accueillie en Occident.

C'est faire fi du fait que cet islam modéré aujourd'hui représenté par Abdullah prône des valeurs contraires à ce que nous avons l'habitude de connaître des valeurs musulmanes, à savoir qu'il rejette l'idée de préservation de la virginité avant le mariage, qu'il autorise la consommation d'alcool, qu'il prône le libre arbitre pour le port du voile. Il ne s'agit pas de dire que ces choses-là représentent le vrai islam mais qu'elles forgent en tout cas l'image que les musulmans d'Europe, du Maghreb et du Moyen-Orient en ont. Quel musulman ici nous dirait que la consommation d'alcool n'est pas un péché ?

L'exemplification est toujours un problème dans un sens (le fondamentalisme) comme dans l'autre (l'islam modéré). On pense qu'en désignant un exemple, on désigne une voie à suivre et donc une voie menant vers la réalité objective d'une religion. C'est un principe trop réducteur, trop facile, trop séduisant.

Pour l'intellectualisme musulman, en effet, il rejoint un principe régulier dopposition entre le conservatisme et le réformisme, dans leur sens large et pas seulement religieux. Il y a ceux qui pensent que le progrès est contre nature et ceux qui pensent que c'est nécessaire et louable, quelle que soit la nature de ce progrès.

Le train était à la fois une bonne et une mauvaise chose. il y avait ceux qui pensaient que le prendre nous tuerait et ceux qui pensaient que le prendre nous ferait gagner du temps.
D'un autre côté, le progrès en armement est-il une ou une mauvaise chose ? Tout est relatif, un exemple ne peut pas permettre de répondre au problème général.

L'intellectualisme musulman a toujours "avancé" mais à des vitesses diverses et comme n'importe quel élément qui concerne le concept d'"avancée", il s'est trouvé confronté au conservatisme et au réformisme. Ces deux courants sont en confrontation permanente et il est bien difficile de savoir selon les cas lequel des deux avait le plus de légitimité par rapport à l'autre. C'est souvent le contexte politique ou historique qui permet de trancher.

Aujourd'hui, nous sommes dans une phase où comme toujours, l'islam est représenté par des conservateurs qui le protègent de toute évolution intellectuelle (des mollahs, des docteurs de la loi, mais aussi des professeurs et des présidents d'université et des imams), en même temps qu'il est représenté par des réformistes et des modernistes. C'est parce que les pouvoirs politiques locaux ou nationaux ont des intérêts particuliers à défendre que les uns et les autres peuvent dominer.

Deux exemples :

En Arabie Saoudite, berceau géographique de l'islam, les leaders n'ont pas intérêts économiques notamment à ce que les femmes s'émancipent, à ce que les étudiants réfléchissent. Pourquoi ? Parce que la philosophie nationale consiste à penser que le pouvoir ne se garde et ne s'hérite dynastiquement que si la population est bien rangé dans des cases bien surveillées.

En Malaisie, c'est une longue politique de développement tourné vers l'appât de l'extérieur, héritée du 16ème siècle, qui explique que l'islam y soit modéré au point d'accepter ce qui ne s'accepte pas ailleurs. le tourisme est ce qui fait principalement vivre cette zone géographique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?   Aujourd'hui à 23:18

Revenir en haut Aller en bas
 
L'intéllectuel musulman manque t-il d'audace ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» comment expliquer la montée de l'islamisme (du comportement intégriste musulman)
» Pourquoi y a t'il tant de messages anti-Islam sur l'Arche de Marie?
» "On ne devient pas musulman par intérêt mais pour survivre aux turcs"
» L'intégralité du film : LE MESSAGE (Musulman)
» Manque de protéines? attention danger!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fondements de l'Islam :: Approches du Coran-
Sauter vers: