AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Impérialisme de communauté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sun-Tzu
Junior


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 21/12/2006

MessageSujet: Impérialisme de communauté   Mar 16 Jan - 20:48

As-salam alaykoum wa rahamatoullah wa barakatouh


Impérialisme de communauté

Certains d’entre nous connaissent la critique « classique » de l’impérialisme notamment celles de Lénine dans « l’impérialisme stade suprême de capitalisme ». Certains ont du lire Hannah Arendt ou Edward Saïd. Certains se sont sûrement penchés sur les écrits des économistes de la « dépendance » [André Gunder Franck, Samir Amine ou Immanuel Wallerstein].

Mais si la question que je veux poser n’est pas vraiment de cet ordre. Plus exactement, de même nature mais au sein d’une configuration sociale est différente. En effet, les auteurs précités ont étudié la façon dont le Capital en se reproduisant a nécessairement besoin de sortir de ses « frontières », entraînant les pays capitalistes a colonisé ou a réduire à l’état de « dépendance » les pays du Sud moins puissant économiquement [je simplifie une question infiniment plus complexe]. D’autres, comme Saïd, ont étudié les racines culturelles de l’impérialisme occidental.

Ici la question que je veux posé est celle des rapports entre la « communauté musulmanes » (je reprend les termes dominants) minoritaire et dominée en France et la majorité caucasienne. Pour cela, je veux réutiliser le concept « d’impérialisme de communauté »[community imperialism] forgé par Eldridge Cleaver [leader des Blacks Panthers] à la fin des années soixante. Je ne veux pas m’attacher ici à l’impérialisme culturel que revêt cette « impérialisme de communauté » qui me semble trop évident, même si tout le monde n’en est pas conscient. Je crois que l’idéologie « intégro-assimilationniste », qui est l’expression, par excellence, de la forme culturelle de l’impérialisme de communauté, est tellement forte et tellement partagé par tous les tenants de l’idéologie dominante qu’il ne me semble pas très novateur de l’expliquer.

En revanche, il me semble nécessaire de faire une analyse en terme de théorie économique de cet impérialisme de communauté. En effet, je trouve regrettable que les musulmans ne se penchent pas assez sur les problèmes économiques qui les concernes pourtant au premier chef. Ainsi, si l’on fait une analyse un tendant soi peut cohérente des rapports de production économique dans la société française, on n’arrivera très facilement à déconstruire le discours dominat qui voudrait que les musulmans et les immigrés soient uniquement des « profiteurs », des « gratteurs », des « parasites sociaux » vivant sur le dos du travaille des « bons français caucasiens » [JF Copé, l’actuel porte parole du gouvernement, a dit récemment que la seule chose que l’on ait appris aux immigrés, à leur arrivé en France, est « leurs numéros de sécurité social »]. Bien au contraire, les immigrés qui occupent le plus souvent les places subalternes au niveau des emplois, sont en faite exploité par la l’ethnocratie dominante de se pays afin de permettre la reproduction des rapports de production capitaliste.

Si l’on considère les musulmans en France, non comme une « minorité national », mais comme une « nation déterritorialisé », on peu, à mon avis construire une analyse en terme d’impérialisme de communauté de la situation économique des musulmans. Ainsi il nous faudra exposer les mécanismes conduisant à l’exploitation de la « nation musulmane » par la nation français.

La France pays industriel a fait venir, après la seconde guerre mondiale, une masse importante de musulmans des pays du Maghreb et d’Afrique Noire. Ceux-ci, affirmons nous, on constitué une « nation musulmane déterritorialiser » sur le sol de la nation française. Dans ce cadre la nation française possède à la fois l’appareil industriel et économique et l’appareil d’Etat. De fait, l’exploitation des la « nation musulmane déterritorialisé » permet à la nation française d’accumulé une plus-value grâce au travail fourni par la « nation musulmane ». Cette plus-value permit à la nation française de développer une économie de pointe.

La « nation musulmane » ne profite pas de ces innovations techniques puisqu’elle profite à la nation française et aux ouvriers de cette nation dominante. On peut prendre pour exemple de ce fait les licenciements massifs de travailleurs immigrés OS alors que les contres maîtres et chefs d’ateliers européens et à la tête des syndicats on garder leurs emplois ou ont été reclassé après l’introduction d’innovation technique sur les chaînes de montages. Innovation technique qui avait été rendu possible par l’exploitation des OS immigré de la « nation musulmane ».

De plus l’exploitation de la « nation musulmane » est renforcée par le fait que les salaires des travailleurs musulmans « sorte » du circuit économique de la « nation musulmane », en empêchement par là un réel accroissement du Capital de la « nation musulmane ». Ce mécanisme, contraint la « nation musulmane » a resté un corps économique « sous-développé » et exploité. La Capitalisme française à d’ailleurs besoin pour ce reproduire de perpétuer cette exploitation. De fait, un développement économique et un accroissement de la richesse collective de la « nation musulmane » ne sont pas possibles au sein de la structure sociale actuel.

La « sortie » des salaires de travailleurs de la « nation musulmane » vient du fait que les musulmans ne sont pas détenteurs des institutions économiques fondamentales. Les musulmans payes leurs loyers à des bayeurs privées ou publiques (HLM) non musulman ; ils achètent leurs produits de consommation courante dans des grandes surfaces qui appartiennent à des non musulmans ; même les produits qu’ils achètent chez des commerçants musulmans sont dans leur immenses majorités fabriqués par des entreprises appartenants à des non musulmans. Les immigrés payent des impôts qui sont aussi un moyen de faire sortir le Capital de la « nation musulmane » puisque seul les nationaux français peuvent être fonctionnaire de l’Etat français. De fait les immigrés financent des appareils d’Etat dont ils ne peuvent pas être les employés. Ainsi ce maigre Capital sort directement de la « nation musulmane » pour enrichir la « nation française ».

Ces quelques réflexions doivent nous faire comprendre qu’aujourd’hui le capitalisme ethnocratique français repose sur une double logique impérialiste : une interne, reposant sur l’exploitation par l’ethnocratie caucasienne de la minorité qu’est la « nation musulmane » ; l’autre externe, reposant sur une politique impérialiste, principalement en Afrique noire et au Maghreb.

Wa salam alaykoum
Revenir en haut Aller en bas
 
Impérialisme de communauté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Impérialisme Islamo Arabe - Interview d Hossain Salahuddin
» LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME
» L’impérialisme français en Afrique noire
» Qu'appelle-t-on démocratie en Grèce ?
» Footballeurs : vos impôts servent à ce qu'ils ne paient pas les leurs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum général-
Sauter vers: