AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La notion de "fardeau" dans le Coran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haz
Confirmé


Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: La notion de "fardeau" dans le Coran   Dim 11 Fév - 14:41

Salam alikoum

Le Coran dit à propos de l'homme qu'il a accepté un fardeau que les montagnes ont elles-mêmes refusé. L'interprétation de ce passage peut relever de champs divers, littéraire à travers la métaphore, métaphysique à travers le libre-arbitre... Pour ma part, je propose une interprétation basée sur le fardeau métaphysique de la réalité sociale.

Il existe deux types de réalité : une réalité objective et une réalité institutionnalisante.

- La réalité objective se réfère à tous les éléments physiques totalement indépendants de la responsabilité humaine. L'explication de leur mécanisme s'effectue à partir d'outils dont disposent les pôles fondamentaux de la science : géologie, physique, chimie... Les montagnes constituent un des éléments de cette réalité.

- La réalité institutionnalisante (ou sociale) réunit tous les objets qui sont le fait de définitions imposées par l'homme et interragissant entre elles. Pour vous l'expliquer, je vais reprendre à mon compte un exemple trouvé en Introduction d'un livre dont j'ai oublié jusqu'au titre mais qui portait sur "la modernité", j'essaierais de retrouver la référence.

Lorsque je vais acheter une baguette à la boulangerie, je ne réalise pas à quel point cet acte n'est nullement anodin. Entrer dans une boulangerie, c'est déjà lui accorder le statut de commerce qui a été délivré par la Chambre de Commerce et d'Industrie selon telle et telle et telle règlementation mise au point à telle date selon telle et telle délibération de tel et tel expert nommé par telle et telle voie comme le veut telle et telle législation mise au point à son tour selon telle et telle et telle modalité élaborée par tel et tel et tel élu dans telle et telle et telle circonstance et tel et tel et tel et encore tel ! Et là, je n'ai fait qu'entrer dans la boulangerie ! Je n'ai même pas encore commandé de baguette et n'ai pas encore payé pour cette commande.

Chacune de ces actions constitue en elle-même l'issue finale d'une somme de délibérations, de décisions, de réunions d'experts... Voilà la métaphysique de la réalité sociale. Il va de soi que si je devais avoir impérativement conscience de cette matéphysique, je n'oserais pas même mettre les pieds dans la boulangerie.

Eh bien, c'est dans ce sens qu'il est possible d'interpréter le terme de "fardeau" dans le Coran. La réalité sociale dans laquelle l'homme est placé ou plus exactement qu'il a accepté, constitue ce fardeau du fait même que la moindre action est régie par une foule de variances qui, si elles devaient être prises en compte de façon concommittante, pourraient provoquer le vertige social et conduire au désarroi, au desespoir absolu.

Les montagnes étant intégrées à une réalité objective indépendantes de l'homme sont dénuées de tout lien avec la réalité sociale : elles refusent cette réalité parce qu'elles la savent bien plus lourde que l'ensemble des particuless formant leur matière même. Si l'on devait placer sur elles, tel un objet, l'équivalent de ce que représente la réalité sociale, sans nul doute, elle s'effondrerait.

Ce qui sauve l'homme de ce sort, ce qui fait qu'il peut supporter le "dépôt" dans son coeur, c'est qu'il n'est pas pleinement conscient de la somme totale des particules élémentaires qui composent la réalité sociale et qui font de lui... un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 14 Fév - 22:17

Bonsoir à toutes et à tous

Chère Haz, c'est une bien belle démonstration que vous nous faites là, toutefois, elle semble bien trop s'éloigner du caractère historique de la révélation dont vous tentez l'interprétation. Bous parlez de la réalité sociale comme d'un concept que le prophète de l'Islam aurait pu maîtriser, si tant est qu'il soit l'auteur du Coran, et quand bien même ce serait une oeuvre divine, vous mettez en action des théories qui étaient bien méconnues dans cette arabie du désert et des cités caravanières, de la poésie plus que de la sociologie. Je ne suis pas bien certain que vous soyez dans la bonne direction en tentant d'expliquer les versets du Coran à travers ce type de raisonnement tout à fait étranger à cette période de l'histoire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Haz
Confirmé


Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Dim 18 Fév - 19:19

Salam alikoum

Je m'attendais un peu à ce genre de réfutation. On peut en effet se demander en quoi cette interprétation peut être valable vis-à-vis de l'époque du Prophète sachant que, indéniablement, la catégorie du social n'était pas envisagée en tant que telle et que les premiers musulmans n'étaient certes pas sociologues !

Avant d'enter dans les détails d'une démonstration, il est utile de rappeler que l'exégèse moderne du Coran n'échappe pas à une rationnalisation des versets en fonction des adaptations des outils aux nouveaux paradigmes scientifiques. L'ouvrage intitulé Ceci est la Vérité dans lequel des scientifiques en physique, astronomie et autres confirment le caractère "miraculeux" des données empiriques contenus dans le Coran, en est un exemple édifiant.

Dans un registre tout à fait différent, la rtionnalité empêche bon nombre de musulmans de croire en l'aspect non métaphorique de certains versets relatifs au paradis ou tout autre élément supranaturel. Notons que l'éxégèse parabolique n'est pas une nouveauté en soi et que le soufisme a largement contribué à le rendre vivant.

Par conséquent, l'on peut bien se demander pourquoi une analyse qui dépendrait de la catégorie du social serait moins légitime dans le cadre d'un travail interprétatif des versets du coran. D'autant plus que sa mise à profit s'est déjà opérée pour d'autres types de versets tels que ceux relatifs aux femmes, aux alliances matrimoniales... Là où les juristes ne jurent que par le droit, les sociologues peuvent y voir du fait social.
Revenir en haut Aller en bas
bounous
Confirmé


Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Dim 18 Fév - 19:39

Salam

Citation :
Chère Haz, c'est une bien belle démonstration que vous nous faites là, toutefois, elle semble bien trop s'éloigner du caractère historique de la révélation dont vous tentez l'interprétation. Bous parlez de la réalité sociale comme d'un concept que le prophète de l'Islam aurait pu maîtriser, si tant est qu'il soit l'auteur du Coran, et quand bien même ce serait une oeuvre divine, vous mettez en action des théories qui étaient bien méconnues dans cette arabie du désert et des cités caravanières, de la poésie plus que de la sociologie. Je ne suis pas bien certain que vous soyez dans la bonne direction en tentant d'expliquer les versets du Coran à travers ce type de raisonnement tout à fait étranger à cette période de l'histoire, non ?

Où est le problème ? Même si la catégorie du social que Haz applique au verset sur le dépôt n'existe pas en absolu à ce moment précis de l'histoire, ça ne veut pas dire qu'implicitement, cette catégori n'existe pas ou n'est pas présente. Le dépôt a été associé à divers concepts : la conscience, la responsabilité, le libre-arbitre... En principe, tous ces concepts ne sont-ils pas inscrits dans la réalité sociale ? L'exemple de la boulangerie qui est un exemple génial, ne montre-t-il pas que l'homme est un être conscient, volontairement engagé à respecter le principe de responsabilité ? Le fardeau que nous avons accepté de porter est en fait la somme inifinie des acquis sociaux en matière de relations interactives.

Etant très heureux de trouver de nouvelles explications à ce verset difficile, merci Haz de nous dévoiler ta réflexion et contrairement à Pierrot-le-^rof, tu n'es pas dans une mauvaise direction Wink
Revenir en haut Aller en bas
Haz
Confirmé


Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 21 Fév - 1:12

Salam alikoum

Je uppe ce thread pour prendre de nouveaux avis Idea
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 21 Fév - 18:41

Haz a écrit:

Il existe deux types de réalité : une réalité objective et une réalité institutionnalisante.

- La réalité objective se réfère à tous les éléments physiques totalement indépendants de la responsabilité humaine. L'explication de leur mécanisme s'effectue à partir d'outils dont disposent les pôles fondamentaux de la science : géologie, physique, chimie... Les montagnes constituent un des éléments de cette réalité.

- La réalité institutionnalisante (ou sociale) réunit tous les objets qui sont le fait de définitions imposées par l'homme et interragissant entre elles. Pour vous l'expliquer, je vais reprendre à mon compte un exemple trouvé en Introduction d'un livre dont j'ai oublié jusqu'au titre mais qui portait sur "la modernité", j'essaierais de retrouver la référence.

Je ne comprends pas bien cette distinction. La réalité sociale peut aussi être étudiée de manière scientifique.

Pour moi, le verset en question fait référence au libre-arbitre.

Paix sur vous
Revenir en haut Aller en bas
Talib
Confirmé


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 21 Fév - 21:43

Essalem aleikom

Je crois que ce que Haz distingue, c'est la réalité formelle et la réalité décisionnelle. La première est une réalité du regard, de l'observation simple des choses en-dehors de toute intervention humaine ; la deuxième est une réalité des enchaînements de décisions humaines ayant entrainé la formation de l'objet. Une montagne est ce que l'on voit à une place donnée sans que l'homme ait décidé de façon officielle et restrictive de sa place et de sa forme. Une boulangerie est ce que l'on voit à une place donnée à partir des décisions préalablement prises pour qu'elle soit à cette place-là à ce moment-là.

C'est une analyse intéressante du concept qui mérite comme l'a dit pierrot de se rapporcher un petit peu plus du Coran car c'est vrai que le lien n'est pas évident, ne saute pas aux yeux. Il faudrait pouvoir poursuivre et voir donc de quelle manière cette idée peut s'intégrer dans une exégèse globale et pas seulement sociologique du Coran.

Quant au Libre-Arbitre, la littérature à ce sujet est abondante. Bounous a remarqué très bien que le Libre-Arbitre est aussi une fabrique de la réalité décisionnelle ou institutionnalisante. Elle découle d'un ensemble de discussions et de débats pour établir des définitions interprétatives des termes coraniques. Le Libre-Arbitre que nous connaissons dans notre société est bien loin de correspondre à celui dont traitaient les mutakallimon musulmans, donc il est vrai qu'à ce niveau, la théorie initiale de Haz revoit dans une formule réduite cette question du Libre-Arbitre, réduit son importance et surtout en fait un objet présent dans un contenant plus large au lieu d'en faire ce à quoi nous sommes habitués, c'est-à-dire à faire du Libre-Arbitre le contenant de la théorie sur le fardeau.
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Jeu 22 Fév - 20:11

Excusez-moi, Talib, mais je ne comprends toujours pas.
L’idée que l’amana serait le libre-arbitre me convient très bien. Elle me semble simple, et en harmonie avec le message général du Coran.
Mais dans ce cas, que gagne-t-on avec l’explication proposée par Haz ?
Et au fait, pourriez-vous étayer sur les différentes définitions du libre-arbitre ?
Pour moi, c’est simple, le libre-arbitre, c’est la possibilité de pouvoir choisir entre le bien et le mal.

Paix sur vous
Revenir en haut Aller en bas
Talib
Confirmé


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Jeu 22 Fév - 22:01

Essalem aleikom

Citation :
L’idée que l’amana serait le libre-arbitre me convient très bien. Elle me semble simple, et en harmonie avec le message général du Coran.

Justement. Le Libre-Arbitre n'est pas un contexte simple. Le temps et la montée d'une forme de remise à plat des sciences islamiques au cours du XXème siècle ont provoqué, plus ou moins, une simplification des concepts-clé développés tout au long de l'histoire religieuse musulmane. D'ailleurs, c'est un fait intéressant car la définition du Libre-Arbitre est un objet résultant de la métaphysique de la réalité sociale développée par Haz. Cela revient à dire que ce que nous connaissons du libre-Arbitre aujourd'hui est la somme révisée à la baisse des différentes définitions apportées par les savants, en quelque domaine de spécialisation qu'ils soient. Une somme révisée à la baisse car encore une fois, ce que l'on peut lire au sujet du Libre-Arbitre dans quelque livre bon-enfant mis à la disposition d'un public large est définitivement tronquée par rapport à tout ce travail préalable.

Tu trouveras dans cette discussion (http://sabyl.forumactif.com/Forum-general-f13/Islam-et-libre-choix-t377.htm?highlight=) un bref aperçu du problème que cette définition a posé dans l'histoire des sciences religieses musulmanes et cette lecture devrait permettre de comprendre que le Libre-Arbitre n'a jamais été un concept simple et encore moins un concept coranique. Partant de là, comment prétendre qu'il suffit à donner une interprétation raisonnable de la notion de "fardeau" ou de "dépôt" ?

Citation :
Mais dans ce cas, que gagne-t-on avec l’explication proposée par Haz ?

Je soutiens avec toi que cette explication doit être approfondie et ramenée plus explicitement encore au Coran. Haz devrait pouvoir en dire plus, étayer, apporter des éléments nouveaux et complémentaires, nous n'avons plus qu'à l'attendre. D'un point de vue personnel, c'est une explication qui me plaît d'abord parce qu'elle est nouvelle et que l'explication du Coran ne fait pas suffisamment l'objet de recherches et de dynamiques nouvelles. Et elle me plaît ensuite parce qu'elle propose un schéma encore plus large que ceux de ces concepts formalisés de Libre-Arbitre, de responsabilité humaine. Avec la métaphysique de la réalité sociale, telle qu'elle nous l'a introduite, nous pouvons commencer à défendre la complexité des définitions que nous avons simplifiées à outrance et remettre au goût du jour chez les musulmans la relativité de nos connaissances actuelles sur la sacralité des interprétations antérieures.
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Ven 23 Fév - 12:30

Talib a écrit:

Essalem aleikom

Citation :
L’idée que l’amana serait le libre-arbitre me convient très bien. Elle me semble simple, et en harmonie avec le message général du Coran.

Justement. Le Libre-Arbitre n'est pas un contexte simple. Le temps et la montée d'une forme de remise à plat des sciences islamiques au cours du XXème siècle ont provoqué, plus ou moins, une simplification des concepts-clé développés tout au long de l'histoire religieuse musulmane. D'ailleurs, c'est un fait intéressant car la définition du Libre-Arbitre est un objet résultant de la métaphysique de la réalité sociale développée par Haz. Cela revient à dire que ce que nous connaissons du libre-Arbitre aujourd'hui est la somme révisée à la baisse des différentes définitions apportées par les savants, en quelque domaine de spécialisation qu'ils soient. Une somme révisée à la baisse car encore une fois, ce que l'on peut lire au sujet du Libre-Arbitre dans quelque livre bon-enfant mis à la disposition d'un public large est définitivement tronquée par rapport à tout ce travail préalable.

Tu trouveras dans cette discussion (http://sabyl.forumactif.com/Forum-general-f13/Islam-et-libre-choix-t377.htm?highlight=) un bref aperçu du problème que cette définition a posé dans l'histoire des sciences religieses musulmanes et cette lecture devrait permettre de comprendre que le Libre-Arbitre n'a jamais été un concept simple et encore moins un concept coranique. Partant de là, comment prétendre qu'il suffit à donner une interprétation raisonnable de la notion de "fardeau" ou de "dépôt" ?

Il y a deux questions différentes :
(1) Qu’est-ce que le libre-arbitre ?
(2) Le libre-arbitre existe-t-il dans l’Islam ?

Dans la discussion dont vous me donnez le lien, c’est à la question (2) qu’on essaie de répondre.
La question (1) n’y est pas évoquée, et il semble évident pour tout le monde que le concept de libre arbitre renvoie à la possibilité de choisir ses actes.
D’ailleurs, il me semble que la théorie proposée par Haz présuppose le libre-arbitre.

Talib a écrit:



Citation :
Mais dans ce cas, que gagne-t-on avec l’explication proposée par Haz ?

Je soutiens avec toi que cette explication doit être approfondie et ramenée plus explicitement encore au Coran. Haz devrait pouvoir en dire plus, étayer, apporter des éléments nouveaux et complémentaires, nous n'avons plus qu'à l'attendre. D'un point de vue personnel, c'est une explication qui me plaît d'abord parce qu'elle est nouvelle et que l'explication du Coran ne fait pas suffisamment l'objet de recherches et de dynamiques nouvelles. Et elle me plaît ensuite parce qu'elle propose un schéma encore plus large que ceux de ces concepts formalisés de Libre-Arbitre, de responsabilité humaine. Avec la métaphysique de la réalité sociale, telle qu'elle nous l'a introduite, nous pouvons commencer à défendre la complexité des définitions que nous avons simplifiées à outrance et remettre au goût du jour chez les musulmans la relativité de nos connaissances actuelles sur la sacralité des interprétations antérieures.

Vous n’avez pas vraiment répondu à la question.
En fait, j’ai le sentiment que la théorie de Haz est une extrapolation de la théorie comme quoi l’amana réfère au libre-arbitre. Une extrapolation, pas une alternative.

Par ailleurs, je suis de ceux qui pensent que ce qui fait la puissance d’une théorie, ce n’est pas sa complexité, mais plutôt sa simplicité. J’aime la simplicité, et je considère que, si on n’est pas capable d’exposer les choses de façon simple, c’est qu’on ne les a pas comprises. Je crois enfin que le Coran se veut simple à comprendre.

Si Dieu le veut (en toute rigueur, il faudrait plutôt dire "si Dieu l’a voulu") j’exposerai dans l’autre fil ma réponse a la question (2) ; je montrerai que le libre-arbitre n’est pas incompatible avec la prédestination, et que l’Islam ne promeut pas le fatalisme.

Paix sur vous
Revenir en haut Aller en bas
Talib
Confirmé


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Ven 23 Fév - 14:40

Essalem aleikom

Il y a mésentente vraisemblablement. Le sujet auquel je t'ai renvoyé n'est pas à lire entièrement, c'était un tout autre débat. Je voulais plutôt que tu te réfères à ce que j'avais indiqué concernant les nombreuses et différentes définitions qui avaient été apportées à la notion de Libre-Arbitre par les différents courants de pensée religieuse musulmane afin que l'on se rende bien compte que la simplification du concept dépend d'une formalisation historique opérée au XXème siècle. Le Libre-Arbitre, encore une fois, n'est pas un concept coranique, c'est un concept théologique et philosophique que ls penseurs de l'Islam se sont efforcés de mettre en lumière en fonction de postulats grecs et chrétiens et non en fonction d'une interprétation exégétique du Coran.
Je te demande donc à nouveau de reprendre le post en question et non le sujet en entier et de le lire à la lumière de ces quelques notes.

Pour le reste, je laisserai Haz te répondre car je ne peux m'attribuer les raisons d'être de la mise en place de cette théorie.
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Ven 23 Fév - 18:29

Talib a écrit:
Le Libre-Arbitre, encore une fois, n'est pas un concept coranique,

Qu’un équivalent en arabe du mot "libre-arbitre" ne soit pas présent dans le Coran, c’est très possible. Mais il ne faudrait pas en déduire que les hommes de l’époque n’avaient pas conscience de leur possibilité de faire des choix (i.e., de leur faculté de libre arbitre).

Il faut bien être conscient que comprendre le Coran, ce n’est pas seulement traduire les mots de l’arabe de leur sens de l’époque en un équivalent actuel ; c’est aussi traduire les idées qui y sont exprimées dans le système conceptuel de représentation du monde de l’époque, en des idées équivalentes en sens dans le système conceptuel d’aujourd‘hui.

Paix sur vous
Revenir en haut Aller en bas
Haz
Confirmé


Nombre de messages : 382
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Ven 23 Fév - 22:28

Salam alikoum

D'abord, merci à vous Talib et Al-Shajara d'avoir enrichi ce débat par vos réflexions et vos doutes. Je n'ai bien sûr pas terminé la démonstration et il est donc logique que le lien avec le Coran puisse paraître lointain. Je vais donc m'efforcer de poursuivre en répondant par là même à vos interrogations.

La question essentielle posée par Al-Shajara est la suivante :

Citation :
que gagne-t-on avec l’explication proposée par Haz ?

Il n'y a rien à gagner ou à perdre lorsque l'on se donne la charge d'interpréter les versets du Coran. Une hypothèse n'est pas une vérité et je ne prétends nullement tenir là, dans mon discours, ne fut-ce que le millième de ce que pourrait être la réalité du Coran. Je ne fais qu'appliquer sur une lecture du Coran une perception des enjeux qui l'animent.

Tu as tout à fait raison de souligner, Al-Shajara, que le Libre-Arbitre est un concept qui permet d'expliquer le plus simplement possible ce à quoi correspond l'amana. L'interprétation que je donne n'est pas contraire ni n'a la prétention d'annuler ou de faire considérer comme erronée cette explication. Ce n'est nullement le but. Je le disais en introduction, différentes interprétations ont été apportées mettant en valeur soit le Libre-Arbitre, soit la métaphore symbolique, soit l'âme humaine. La réalité sociale pour qualifier ce concept de "fardeau", de "dépôt" ne leur est ni étrangère, ni opposée. C'est une pierre de plus dans le jardin de l'interprétation coranique.

De son côté, Talib a aussi raison de souligner que le Libre-Arbitre est un concept construit avant d'être une catégorie naturelle du Coran. Il ne s'agit pas de dire que, parce que le terme n'est pas présent dans le Coran, alors cela signifie que ce n'est pas un terme coranique. Je ne crois pas que Talib l'entendait dans ce sens. Je crois plutôt, en le suivant dans sa logique, que ce qu'il mettait en exergue, et qui est juste, c'est que la notion de Libre-Arbitre est née des débats qui ont eu cours dans la période médiévale, en partie lors des disputatios entre musulmans et chrétiens, en tous les cas à partir du cotoiement de communautés religieuses différentes, et qu'elle n'est absolument pas née dans le milieu des exégètes les plus anciens.

A ce titre, sans doute, doit-on reconsidérer la façon généralisée dont on emploie cette notion dans notre quotidien et assimiler l'idée que l'explication du "fardeau" par le concept de Libre-Arbitre est autant une construction philosophique que le concept de "réalité sociale" n'est sociologique. A partir de là, on comprend que le Libre-Arbitre est une interprétation possible sans être la seule.

Tu auras sans doute quelque opposition à formuler à ce propos, je m'engage toutefois dans la suite de la démonstration commencée plus haut.

Le Coran regorge de versets à caractère "historique" dans le sens où il nous raconte une histoire, celle des prophètes, et à travers elle, celle de l'humanité. Il est autant question de la création de la terre et de ce qui la constitue que de la création des communautés humaines à partir d'Adam. Le Coran n'est bien sûr pas un traité historique, il est un rappel recourant sans cesse à l'histoire des hommes, ce qui est bien différent.

Quand on regarde cette construction de l'histoire de l'humanité à travers celle des prophètes, suivant un plan diachronique, on se rend compte que, pour que le Coran descende sur la terre et soit révélé à Muhammad, il a fallu une somme incroyable d'actions humaines et divines, depuis le début de la création. Quand Dieu appelle l'homme et lui demande de regarder la création, c'est une demande capitale. Comment concrètement regarde-t-on la création ? A ce type de demande, nous avons un réflexe, celui de lever la tête et de regarder autour de nous, de regarder les montagnes, de regarder la mer, le ciel, les animaux, le jour, la nuit, le soleil, la lune, les plantes. Mais pas seulement ! Non seulement on regarde cette nature, mais on regarde aussi l'homme, on regarde sa constitution biologique, on regarde son histoire. Et quand on a réalisé tout cela en même temps, quand on a fait ce travail d'observation, on se rend compte que tout ce qu'il y a autour de nous est justement tout ce qui nous constitue en tant qu'homme, en tant qu'individu. On se dit que l'on est le produit de tous ces éléments.

Le Coran, si l'on en suit le riche enseignement d'Al-Razi, ce n'est pas un Livre, ce n'est pas un traité juridique permettant à l'homme de savoir comment il doit se comporter en société. C'est une information que Dieu délivre afin que l'homme se rende compte enfin, à travers la nature, à travers l'histoire de quels ingrédients sa propre humanité est constituée.

En ce sens, la réalité sociale qui, je le rappelle, consiste en la somme de la multitude d'actions et de particules humaines qui ont conduit à la façon dont on se comporte ou à la façon dont on est et on agit, reflète cette idée du Coran, reflète cette idée qu'il est là avant tout pour nous informer de ce que les montagnes et les anges et toute la nature a refusé.

Qu'apporte cette interprétation ? Elle apporte une continuité à la logique d'Al-Razi, cela signifie que le fardeau humain, ce n'est pas seulement la constitution et la conscience des actes que nous réalisons en tant qu'individus. Ca l'est, mais en partie. Le fardeau de l'homme, finalement, en tant que dépôt, c'est ce Coran, cette information qui explique à l'homme que Dieu a créé toute chose pour lui et qu'il doit le réaliser. Nous sommes le produit de la somme des actions et des manipulations qui ont été établies avant nous et que le Coran relate.

Bien sûr, tout cela est encore très théorique, je continuerai cette démonstration avec des versets coraniques et des extraits du mafatih al-ghayb mais ce serait déjà bien de prendre la température à ce niveau.
Revenir en haut Aller en bas
al-shajara
Confirmé


Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Lun 26 Fév - 15:48

Haz a écrit:

Tu as tout à fait raison de souligner, Al-Shajara, que le Libre-Arbitre est un concept qui permet d'expliquer le plus simplement possible ce à quoi correspond l'amana. L'interprétation que je donne n'est pas contraire ni n'a la prétention d'annuler ou de faire considérer comme erronée cette explication. Ce n'est nullement le but. Je le disais en introduction, différentes interprétations ont été apportées mettant en valeur soit le Libre-Arbitre, soit la métaphore symbolique, soit l'âme humaine. La réalité sociale pour qualifier ce concept de "fardeau", de "dépôt" ne leur est ni étrangère, ni opposée. C'est une pierre de plus dans le jardin de l'interprétation coranique.

C’est en effet ce que j’avais cru comprendre.
Haz a écrit:


De son côté, Talib a aussi raison de souligner que le Libre-Arbitre est un concept construit avant d'être une catégorie naturelle du Coran. Il ne s'agit pas de dire que, parce que le terme n'est pas présent dans le Coran, alors cela signifie que ce n'est pas un terme coranique. Je ne crois pas que Talib l'entendait dans ce sens. Je crois plutôt, en le suivant dans sa logique, que ce qu'il mettait en exergue, et qui est juste, c'est que la notion de Libre-Arbitre est née des débats qui ont eu cours dans la période médiévale, en partie lors des disputatios entre musulmans et chrétiens, en tous les cas à partir du cotoiement de communautés religieuses différentes, et qu'elle n'est absolument pas née dans le milieu des exégètes les plus anciens.

A ce titre, sans doute, doit-on reconsidérer la façon généralisée dont on emploie cette notion dans notre quotidien et assimiler l'idée que l'explication du "fardeau" par le concept de Libre-Arbitre est autant une construction philosophique que le concept de "réalité sociale" n'est sociologique. A partir de là, on comprend que le Libre-Arbitre est une interprétation possible sans être la seule.

Tu auras sans doute quelque opposition à formuler à ce propos, je m'engage toutefois dans la suite de la démonstration commencée plus haut.

Oui, j’ai déjà répondu à cela plus haut.
Oublions le terme "libre-arbitre", et parlons de notre faculté de faire des choix. Croyez-vous vraiment que les hommes à qui le Coran a été révélé n’avaient pas conscience de cette faculté ?
Permettez-moi d’en douter.
Je suis convaincu qu’ils en avaient conscience, et que le concept d’amana est justement un des concepts leur permettant de se la représenter.
Haz a écrit:

Le Coran, si l'on en suit le riche enseignement d'Al-Razi, ce n'est pas un Livre, ce n'est pas un traité juridique permettant à l'homme de savoir comment il doit se comporter en société. C'est une information que Dieu délivre afin que l'homme se rende compte enfin, à travers la nature, à travers l'histoire de quels ingrédients sa propre humanité est constituée.
Cela me fait davantage penser au verset [41:53] qu’a celui qui est l’objet de ce fil.

C’est la seule chose que je vois à reprocher a votre réflexion, qui est très intéressante par ailleurs. Il faudrait l’agrémenter de davantage de citations du Coran, plutôt que la présenter comme portant uniquement sur le verset du fardeau.

En attendant la suite, si Dieu veut ...

Paix sur vous
Revenir en haut Aller en bas
Qantara
Junior


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Jeu 15 Mar - 18:54

Salamou alaykoum

Haz... toujours au plus pointu n'est-ce pas ? Non, tu ne cherches pas la petite bête. Ton raisonnement sur la réalité sociale comme signification exacte de l'amana coranique, cela me rappelle un peu la façon dont Alfred Gell concevait la "résistance cognitive". Alfred Gell, célèbre théoricien oeuvrant pour une anthropologie de l'art. A propos des oeuvres d'art, il concevait que les individus les trouvaient magiques, mystérieux, géniaux justement parce qu'ils ne pouvaient s'imaginer le nombre et la complexité des procédés techniques de fabrication et d'expression de ces objets. Ils ne pouvaient pas imaginer quel avait pu être réellement le travail de l'artiste que Gell appelle le "technicien occulte". Ce que tu fais avec le Coran, c'est un peu décrire cet état de fait : l'amana est tellement grand, tellement inconcevable (les montagnes l'ont refusé n'est-ce pas) que l'homme est admiratif sans comprendre ce que c'est exactement et sans comprendre tout ce qui l'a amené, engendré.

Mais attention, Gell est allé très loin dans son raisonnement et il a volontairement occulté bien des aspects de la sémanique et de l'esthétique qui sont primordiaux dans l'approche des objets d'art, tâche dans ta démonstration à venir à ne pas toi aussi te perdre dans le méandre d'une idée fixe.
Revenir en haut Aller en bas
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Lun 19 Mar - 1:19

Bonjour à tous et à toutes

Je vous remercie pour ce très bon sujet, quel bonheur de vous lire. Je vous remercie Qantara pour votre référence à Alfred Gell, un auteur que j'apprécie très particulièrement pour sa capacité à bousculer les idées reçues quitte à foncer parfois un peu trop dans le mur. Son ouvrage "Art and Agency" est exquis. Mais ce que l'on purrait reprocher à cet auteur, c'est sa tendance frustrante à aller piquer à droite et à gauche, chez tel philosophe, tel anthropologue, tel artiste des conceptions en vue de leur donner un sens différent de l'original. Il arrange les concepts des autres à sa sauce et nous savons que cela est inadmissible. Lorsque j'ai lu Haz citer Al-Razi pour appuyer ses propos, j'ai eu un peu cette crainte de la voir approprier des concepts qui sont les siens à ceux d'Al-razi dans le but de conforter son hypothèse. C'est très gellien et donc très dangereux, c'était le premier reproche que je lui faisais et je suis encore peu convaincu par le manque de précaution historique de sa proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Qantara
Junior


Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 28 Mar - 21:47

Salamou Alaykoum

Voilà un petit moment que je ne lis plus notre chère soeur têtue. Où est-elle ? J'attends la suite, Pierrot-le-prof aussi j'imagine...
Revenir en haut Aller en bas
Pierrot-le-Prof
Confirmé


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Mer 4 Avr - 21:58

Qantara a écrit:
Salamou Alaykoum

Voilà un petit moment que je ne lis plus notre chère soeur têtue. Où est-elle ? J'attends la suite, Pierrot-le-prof aussi j'imagine...

Elle semble être revenue, elle ne tardera donc plus à nous répondre Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La notion de "fardeau" dans le Coran   Aujourd'hui à 23:25

Revenir en haut Aller en bas
 
La notion de "fardeau" dans le Coran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savez-vous combien de fois le verbe "aimer" apparaît dans le coran ?"
» Pourquoi, dans le Coran, Dieu parle à la première personne du pluriel ("Nous...") ?
» "Ma vie à contre Coran" derrière le voile, l'oppression
» Brûler le Coran, livre "sacré", est un outrage selon nos Tarlas de Rome ...
» qui c'est "ilie" "ilyess"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les fondements de l'Islam :: Approches du Coran-
Sauter vers: