AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dynasties de l'islam : le Sahel

Aller en bas 
AuteurMessage
Abd95
Confirmé
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Dynasties de l'islam : le Sahel   Ven 23 Mar - 1:02

As salam aleykum

Cadre géographique et historique

Située dans la partie nord du continent africain, le Sahel est une large zone de savanes, située entre le désert, au Nord (domaine des nomades) et la forêt, au Sud (domaine des agriculteurs ou des chasseurs cueilleurs animistes). Elle s'étend de l'Atlantique aux marécages du Nil moyen. Lorsque les précipitations sont suffisantes, on cultive principalement le sorgho. Plus au nord, les cultures cèdent la place à l'élevage des ovins et des caprins. La présence des mines d'or et de sel assez aisément exploitables a joué un grand rôle dans l'histoire économique et politique de la région. De même que le trafic des esclaves. Autour des fleuves les plus larges (Niger, Sénégal) ou dans les lacs (et notamment le lac Tchad) une pêche active s'est développée.

Les populations nomades sont majoritairement peules ou touaregs. Les sédentaires musulmans sont de langues wolofs, soninké, malinké, dioula, bambara, haoussa, etc. Plus on s'avance vers le sud, plus les animistes sont nombreux (Mossis, Dogons, etc.). De tout temps les sociétés de la région ont été très hiérarchisées sur les plans juridiques (libres, non-libres) et socio-économiques (marchands, paysans, artisans, etc.). L'islamisation s'y est faite de manière progressive au contact des marchands venus du Maghreb ou du Proche-Orient. Une fois converties, les élites royales ont-elles même favorisé l'implantation de la religion islamique auprès de leurs sujets.

C'est dans le Sahel, cette bande de terre relativement étroite, que les dynasties les plus puissantes de l'Afrique musulmane ont vu le jour.

. Mali
Issu de la région Manden, le clan (malinké) des Keïta se convertit à l'islam vers l'an 1000 de l'ère chrétienne et débuta une lente ascension politique qui l'amena à contrôler une vaste région autour du fleuve Niger, et ce grâce notamment aux entreprises d'un homme particulièrement charismatique, Sundiata Keïta (m. 1255). Depuis leurs capitales de Niani et de Tombouctou, les descendants de ce dernier accroîtront encore la richesse et l'influence politique de leur clan, en particulier durant le règne de Mousa Ier (m. 1337) qui effectua deux célèbres pélerinages à La Mekke. Leur domination n'en sera pas moins battue en brèche par l'ascension des Songhay ainsi que par les attaques répétées des Mossis et des Touaregs. Réduits à partir de 1370 à leur zone d'influence initiale, à savoir le Manden, les derniers souverains du Mali disparaîtront vers 1550.

. Sayfawa
Fondé vers 800 par des populations de langue toubou, islamisé vers 1100, l'empire du Kanem s'affirmera à partir de 1200 comme l'un des plus puissants de l'Afrique sahélienne. Au 13e siècle il contrôlait une grande partie du Sahara central. En 1396, le roi de Kanem déplaça sa capitale de Nijmi vers Bornou. A la fin du 16e siècle, après bien des déboires, le Kanem-Bornou connut une nouvelle splendeur sous le règne d'Idris Aloma (m. 1603). La dynastie des Sayfawa, fondée en 1068 et qui avait donné à l'empire ses dirigeants les plus prestigieux s'éteignit finalement en 1846. Déjà affaibli par les campagnes menées contre lui par les Peuls de Sokoto, l'Etat du Kanem-Bornou ne survécut pas longtemps à l'extinction des Sayfawa car il disparu en 1893 sous les coups d'un aventurier soudanais dénommé Rabah.

. Songhay
Maîtres de la région de Gao, les clans Songhays se convertirent à l'islam vers l'an 1000. Longtemps placés sous la tutelle des souverains du Mali (1265-1464), le Songhay se souleva et s'affirma rapidement comme une grande puissance. Sous le règne de l'Askia Muhammad (m. 1538), il étendit sa domination à la plus grande partie de l'Afrique de l'Ouest. L'empereur s'assura le soutien d'une armée professionnelle, il édifia de nombreux monuments, favorisa la mise en culture du pays et l'implantation de l'islam. Ses successeurs tentèrent de continuer sa politique mais ils le firent avec moins de succès. Finalement, l'invasion marocaine de 1591 amena l'éclatement du grand empire bien qu'une dynastie songhay ait pu se maintenir à Lulami jusqu'à l'arrivée des Français à la fin du 19e siècle.

. Sokoto
Le califat de Sokoto doit sa création à Usman dan Fodio (m. 1817), un homme aux multiples talents, à la fois chef de guerre et prédicateur, guide confrérique et leader tribal, homme d'épée et de plume. Avec pour ennemi le féodalisme et l'injustice, il fonda à partir de 1804 un vaste empire dans la région du lac Tchad en unifiant sous son autorité les tribus peules et les agriculteurs haoussas. Il créa une capitale, établit des lois, une administration, une armée. Après quoi il abdiqua pour se consacrer à une vie de piété. Sa réputation s'étendit dans tout le Nord de l'Afrique et nombreux furent ceux qui tentèrent de l'imiter et y parvinrent du moins en partie. Les descendants d'Osman dan Fodio continuèrent de mener à bien le grand projet de leur père, renforcer l'islam dans la région du Sahel. En 1903 toutefois, ils ne purent résister aux armées britanniques qui leur imposèrent un protectorat. Maintenus dans leurs titres après 1960, les sultans de Sokoto, étant donné le respect dont ils jouissent représentent un important facteur de stabilité dans une région qui a par ailleurs connu de nombreux bouleversements politiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
 
Dynasties de l'islam : le Sahel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Espace des Savoirs :: Histoire des mondes musulmans-
Sauter vers: