AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dynasties de l'islam : la Turquie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abd95
Confirmé
avatar

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Dynasties de l'islam : la Turquie   Ven 23 Mar - 17:11

As salam aleykum

Précisions : j'espère revenir plus tardivement sur l'histoire de l'empire ottoman ou celle des beylicats anatoliens. Ceci n'est donc qu'une esquisse Insh'Allah.

Cadre géographique et historique

La péninsule anatolienne, qui s'avance entre la Mer Noire et la Méditerranée se compose de deux chaînes de montagnes, les Taurus et la chaîne pontique, qui enserrent de part et d'autre le haut plateau anatolien. Dans l'ensemble, le climat de la région obéit aux influences méditerranéennes, l'hiver est doux, l'été chaud et sec. Mais dans l'intérieur des terres, plus continental, les hivers sont par contre très rudes. Les zones montagneuses sont le domaine de vastes forêts de conifères ou de feuillus. Les plateaux sont plus secs et donc relativement plus dénudés.
Berceau des vieilles civilisations hittites, hourrites, puis lydiennes (entre autres), l'Anatolie fut peu à peu contrôlée par les Grecs à partir du 5-4e siècles avant l'ère chrétienne. Passée sous la domination romaine, elle devint ensuite et durant près de sept siècles le centre de gravité l'empire grec byzantin. En 1070-1080, la région fut envahie par les armées Seldjoukides venues d'Asie centrale. Avec elles ou dans leur cortège arrivèrent en grand nombre des tribus turcophones nomades, ce qui transforma radicalement la composition ethnique locale et fit mériter son nom à la Turquie. Dès lors, le déclin des forces grecques qui continuaient de contrôler les côtes fut lent mais inexorable. Des princes turcs entreprenants fondèrent, autour de la ville de Konya, la dynastie des Seldjoukides de Rum qui se maintint au pouvoir, malgré nombre de vicissitudes, jusqu'en 1307. A compter de cette date cependant, cela faisait déjà longtemps que des petits émirats turcs ou kurdes de la péninsule s'étaient rendus indépendants. L'un d'entre eux, celui des beys de Soyüt, fondé vers 1280, allait donner naissance à l'empire ottoman.

. Karamanides
Indépendants des Seldjoukides de Rum à partir de 1256, les princes Karamanides contrôlèrent une grande partie de l'Anatolie jusqu'à leur défaite de 1474, face aux Ottomans. Leur Etat, qui ne manqua pas de grandeur, fut le premier à utiliser le turc comme langue administrative.

. Ottomans
D'abord au service des Seldjoukides de Rum, les beys de Soyüt, sous la conduite de leur chef, Osman Ghazi, parvirent à se rendre indépendants vers 1280. La péninsule anatolienne était alors divisée en une vingtaine de principautés concurrentes, que les Ottomans, tous issus de la lignée d'Osman, mirent près de deux siècles à assujettir. Dans le même temps, depuis leur nouvelle capitale de Bursa, ils lancèrent des expéditions armées sur le continent européen (1330), ce qui leur permit d'encercler bientôt les dernières positions byzantines. La valeur et la discipline de leurs soldats, mais aussi la situation anarchique qui prévalait dans les Balkans, leur offrit l'opportunité de s'emparer successivement de la Grèce, puis de la Bulgarie, de la Macédoine, de la Serbie, de l'Albanie et d'une partie de la Roumanie (1330-1400). A compter de cette époque, le sultanat ottoman devint une grande puissance régionale. En 1453 il put enfin mettre la main sur Constantinople dont il fit sa nouvelle capitale. Au cours du siècle qui suivit il l'emporta sur tous ses adversaires (Hongrois, Autrichiens, Espagnols, Mamelouks, Séfévides, etc.) et il construisit le plus grand empire qu'ait connu l'histoire musulmane depuis la chute des Omeyyades. De l'Oman jusqu'en Crimée, du Yémen jusqu'au Maroc, en passant par l'Egypte, la Syrie et l'Irak, les turcs ottomans imposèrent partout la puissance de leur autorité. Il serait trop long et fastidieux de revenir sur cette brillante épopée. Contentons-nous de signaler qu'Istanbul devint une capitale universelle, que d'immenses mosquées y furent bâties et qu'on y cultiva particulièrement l'art de la poésie et celui de l'enluminure (en particulier sous le long règne du sultan Suleyman, m. 1566). Surtout, l'administration ottomane s'avéra l'une des plus organisées et les plus efficaces de l'histoire musulmane, en tout cas jusqu'au milieu du 16e siècle. A compter de cette date cependant l'empire ottoman, incapable de relever le défi posé par la révolution technique et scientifique qui voyait le jour en Europe, vit sa puissance décliner de façon quasi continuelle, même s'il connut de beaux sursauts d'orgueil (en particulier entre 1630 et 1680, 1730 et 1750, 1840 et 1900). Au terme de la première guerre mondiale, qu'il perdit, il fut définitivement démembré.

La Turquie contemporaine hérita de l'Anatolie qu'elle sut défendre contre les appétits des grandes puissances occidentales en s'unissant derrière le général M. Kémal (1920-1924). Les provinces arabes, par contre, passèrent sous contrôle anglo-français (1918).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.elirshad.com/
 
Dynasties de l'islam : la Turquie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Chretiens Martyrs de l'Islam
» Pourquoi l’Islam fait peur ?
» à abdnasser: absurdité de l'islam
» Un livre pour connaître les vraies racines de l’islam
» L' islam autorise - t - elle vraiment la polygamie ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Espace des Savoirs :: Histoire des mondes musulmans-
Sauter vers: